psa

Assurance-vie : comment choisir son premier contrat

  • Par
Un groupe de tirelires
© Comugnero Silvana - Fotolia.com

Près de la moitié de l’épargne des Français est investie en assurance-vie ! Pas facile, toutefois, de s’y retrouver dans l’offre pléthorique à l’heure de choisir son premier contrat…

Plusieurs centaines d’assurances-vie sont aujourd’hui disponibles sur le marché ! Difficile, donc, de faire son choix d’autant que la souscription d’une assurance-vie peut correspondre à plusieurs types d’objectifs, d’où son surnom de « couteau suisse de l’épargne ». Vous recherchez un premier contrat pour profiter de rendements supérieurs à ceux des Livret A ou autre PEL ? Le premier réflexe est souvent de se tourner vers votre banquier. Problème : ces contrats sont loin d’être les plus performants et ils s’avèrent généralement coûteux : frais de versement ou frais d’entrée d’une part, frais de gestion, perçus chaque année, d’autre part.

Lire aussi : Ces frais qu’il faut comparer avant d’ouvrir une assurance-vie

Le marché de l’assurance-vie en ligne s’est lui fortement développé depuis une dizaine d’année. L’avantage des contrats « web » : pas de frais de versement et des frais de gestion réduits. L’absence de contact direct avec un conseiller ? Il faut effectivement être prêt à gérer son contrat à distance, pour lequel les courtiers et banques en ligne délivrent leurs conseils par mail ou téléphone. Quoi qu’il en soit, pour trouver le contrat qui vous convient, il faut tout d’abord identifier votre besoin…

Vous voulez du 100% sécurisé

Si vous préférez vous lancer avec ceinture et bretelles, le traditionnel fonds en euros vous offre la garantie de ne pas perdre d’argent ! Toutefois, le contrat 100% fonds en euros devient rarissime. En revanche, rien ne vous empêche d’ouvrir une assurance-vie multisupports, avec au choix fonds euros et supports en unités de compte (UC), plus risqués, tout en versant l’intégralité de votre investissement sur le support à capital garanti.

Sachez toutefois que les assureurs favorisent fortement les UC. Les offres avec bonus financier de bienvenue, notamment, sont ainsi régulièrement conditionnées à une part d’investissement en UC. Cela ne vous empêche pas de tout investir sur le fonds en euros : de nombreux contrats web permettent encore de miser tout son pécule sur le support sécurisé.

Deux contrats où le 100% fonds euros est possible

Evolution Vie (500 euros de versement minimum à l’ouverture). Géré par Aviva, ce contrat dispose d’un unique fonds en euros, accessible sans aucune condition. Aviva Actif Garanti affiche des performances élevées et régulières (2,46% net de frais de gestion en 2016, 2,31% en 2017).

Fortuneo Vie (100 euros de versement initial). Deux fonds euros y cohabitent : Suravenir Rendement et Suravenir Opportunités. L’accès au second est conditionné à un investissement en UC mais pas le premier. Et Suravenir Rendement affiche de belles performances (2,30% en 2016, probablement autour de 2% en 2017), un bon compromis pour commencer avant de prendre plus de risques.

Vous voulez du rendement mais vous avez besoin d’aide

Il est possible de miser sur les unités de compte sans avoir aucune notion de l’investissement boursier. Autrefois réservée aux clients des banques privées, la gestion pilotée ou sans mandat est désormais accessible à partir de seulement 300 euros de versement initial sur une dizaine d’assurances-vie en ligne. Cette option implique de signer un mandat d’arbitrage, permettant à l’assureur d’orienter vos investissements en UC en suivant les préconisations d’une société de gestion (Morningstar, Carmignac, Rothschild, etc.) en fonction du profil de risque choisi (prudent, dynamique, etc.). Suivant les contrats, soit cette option est gratuite, soit elle fait l’objet d’une légère tarification supplémentaire.

Certains courtiers proposent aussi une gestion profilée ou conseillée. Cela vous permet de choisir vous-même l’allocation d’actifs et de réaliser les arbitrages, mais en s’appuyant sur les conseils de spécialistes.

Des contrats avec gestion pilotée

Yomoni Vie (1 000 euros de versement initial). Contrat principalement disponible en gestion pilotée, laquelle est opérée directement par Yomoni, qui dispose d’un statut de société de gestion. Le contrat est assuré par Suravenir et dispose d’un éventail de dix mandats.

Titres@Vie et Darjeeling (1 000 euros de ticket d’entrée chacun). Deux contrats gérés par l’assureur Swiss Life mais distribués par deux courtiers différents. Ils ont la particularité de référencer de nombreux UC (fonds, actions, ETF). Pour le premier, la gestion pilotée est opérée par SwissLife Gestion Privée, par Lazard Frères Gestion ou Lyxor Asset Management pour le second.

Vous voulez vous-même gérer des actions ou de l’immobilier

La gestion libre d’une assurance-vie n’est pas nécessairement réservée aux experts ! D’une part car il existe de nombreuses options pour vous assister : limitation des pertes, sécurisation des plus-values, rééquilibrage automatique, etc. D’autre part, la gestion libre vous permet d’investir sur des supports qui ne sont pas toujours accessibles en gestion pilotée, comme les fonds immobiliers (SCPI ou OPCI) et certains fonds en euros spécialisés, plutôt rémunérateurs (3% voire même 4% actuellement pour les meilleurs fonds), grâce à une dominante boursière ou immobilière.

Enfin, plusieurs contrats référencent de longues listes de « trackers », ou ETF. Ces supports en UC ont pour objectif de répliquer les performances d’un indice boursier (CAC 40, Euro Stoxx 50, etc.). Une bonne manière de diversifier ses placements en investissant sur plusieurs secteurs d’activité ou zones géographiques. C’est d’ailleurs le mot d’ordre de la gestion libre : diversifier, en se limitant par exemple à une part de 10% à 15% sur chaque famille d’actifs dans l’allocation globale de son contrat.

Des contrats orientés immobilier et ETF

Linxea Spirit ou MesPlacements Liberté (500 euros de versement initial chacun). Assurés par Spirica, ces contrats permettent d’une part d’accéder à de nombreux supports en UC immobiliers (16 SCPI, 2 SCI et 6 OPCI), et d’autre part d’investir sur le fonds en euros à dominante immobilière Euro Allocation Long Terme (3,04% en 2016).

Target Plus (10 000 euros de versement initial). Géré par Oradéa Vie (groupe Société Générale), cette assurance-vie permet d’accéder au fonds en euros le plus rémunérateur (4,05%) de l’année 2017, Sécurité Target Euro, tout en diversifiant son allocation avec 23 trackers possibles. Ce contrat réclame en revanche un ticket d’entrée plus conséquent.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL avec FV et Marie de BEAUDRAP / Janvier 2018