Suppression totale de la taxe d'habitation : « un objectif d'ici la fin du mandat »

  • cBanque avec AFP
  • ,
Castaner lors de la présentation PLF2018
Capture d'écran - Porte-parole du gouvernement

Christophe Castaner, délégué général de la République en marche, a réaffirmé vendredi l'objectif d'un élargissement de l'exonération de la taxe d'habitation, au lendemain de la validation par le Conseil constitutionnel du budget 2018.

Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, et ex porte-parole du gouvernement, a exprimé sur France Inter sa satisfaction de voir ainsi validés « trois mois de marathon budgétaire », affirmant que « les exigences » posées par le Conseil constitutionnel ne « posent aucun problème » au gouvernement qui les avait déjà « intégrées ». Les Sages du Palais Royal ont donné leur aval aux mesures emblématiques de la loi de finances pour 2018, notamment la réforme de la taxe d'habitation pour laquelle ils avaient été saisis, et qui prévoit une exonération progressive pour 80% des foyers.

Le Conseil constitutionnel a rejeté l'idée selon laquelle l'égalité devant les charges publiques ne serait pas respectée. Il a toutefois pris soin de préciser qu'il pourrait « réexaminer ces questions en fonction notamment de la façon dont sera traitée la situation des contribuables restant assujettis à la taxe d'habitation dans le cadre d'une réforme annoncée de la fiscalité locale ».

« Un impôt injuste et un impôt idiot »

« Emmanuel Macron avait déjà annoncé avec Bruno Le Maire qu'il faudrait élargir la suppression de la taxe d'habitation, tout simplement parce que c'est un impôt injuste et un impôt idiot », a dit Christophe Castaner. La réforme de la taxe d'habitation se traduira en 2018 par une première baisse de 30% concernant près de 80% des foyers actuellement assujettis à cet impôt. Deux étapes similaires suivront en 2019 et 2020, aboutissant à la suppression de cette taxe pour les ménages concernés. Le gouvernement a promis de compenser « à l'euro près » le manque à gagner pour les communes.

Interrogé sur la possibilité d'une exonération pour 100% des foyers fiscaux, Christophe Castaner a répondu : « C'est un objectif d'ici la fin du mandat qu'a rappelé Bruno Le Maire et sur lequel nous allons travailler ». « Il n'y a pas d'engagement au moment où je vous parle », a-t-il cependant ajouté, « parce qu'il ne faut pas se précipiter sur ce sujet, il faut prendre en compte toutes les données financières ». Questionné à propos des 20% de foyers fiscaux qui continueront à la payer, tout en étant touchés par la hausse de la CSG, Christophe Castaner a rétorqué : « Ça s'appelle la solidarité nationale. C'est les gens qui ont en moyenne plus de 5 000 euros par mois dont on parle, et donc du coup ils peuvent contribuer à cet effort, mais il faut effectivement que cet effort soit limité dans le temps ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.