Facebook, Apple, Circle, Pumpkin : les apps de « paiement social » se multiplient

  • Par
  • ,
Mains de femme utilisant un smartphone
© Ivan Kruk - Fotolia.com

Les apps de « paiement social », dont Circle Pay est la dernière en date, sont de plus en plus nombreuses sur les stores français et trouvent petit à petit leur public. Mais les géants numériques s’y intéressent également, pour enrichir leurs messageries maison.

Auparavant, pour rembourser un proche, partager une addition, faire un cadeau en commun, il y avait les espèces et les chèques. Il y aussi désormais les « paiements sociaux » sur mobile. Soit des apps permettant d’envoyer ou de réclamer de l’argent à ses contacts, de manière instantanée et sans renseigner d’IBAN, via une messagerie permettant également de s’envoyer des émojis ou des GIF.

Dernière du genre, Circle Pay vient d’être lancée en France par la fintech Circle, spécialiste de la blockchain agréée en Grande-Bretagne. Disponible sur iPhone et Android, l’appli permet à des particuliers de s’échanger de l’argent dans trois devises (euros, livres sterling, dollars US), « sans aucune commission ou frais de change », promet sa communication, dans la limite de 200 euros hebdomadaires. Une limite qui peut être levée, à condition de fournir un justificatif d’identité. L’argent récupéré peut au choix être conservé dans un compte Circle pour un futur remboursement, ou encaissé sur un compte bancaire, là encore sans frais.

Pumpkin enterre l’IBAN pour Halloween

Si Circle Pay se différencie par sa dimension multi-devises, l’app n’est pas la première à proposer du « paiement social » en France. Des jeunes pousses locales creusent également ce sillon. C’est le cas de Lydia, ou encore de Pumpkin, qui se veut spécialiste du « paiement entre potes » et a récemment organisé, pour Halloween, l’enterrement du RIB et de l’IBAN.

Pumpkin revendique 250 000 usagers en France. Suffisant pour attirer l’attention du Crédit Mutuel Arkéa. La banque bretonne, interlocutrice privilégiée de la fintech française (Leetchi, Yomoni, Linxo) a investi 15 millions d’euros dans Pumpkin. Objectif : l’aider à lancer, d’ici à la fin de l’année, une « vraie néobanque mobile à destination des 16-28 ans ».

Lire aussi : Le Crédit Mutuel Arkéa rachète Pumpkin pour en faire une « néobanque mobile »

Facebook et Apple sur les rangs

Pumpkin a sans doute raison de vouloir élargir le spectre de ses services. Car le petit marché du « paiement social » en tant que tel ne devrait pas à terme échapper aux géants du web, qui s’y intéressent déjà de près. Depuis mars 2015, Facebook propose les paiements entre amis au sein de son app de messagerie Messenger, mais seulement à ses utilisateurs états-uniens. En décembre 2016, le réseau social californien a toutefois obtenu de la Banque centrale d’Irlande un agrément d’émetteur de monnaie électronique, qui augure d’un lancement prochain en Europe.

Autre géant de l’économie numérique, Apple a également pris position. La firme à la pomme a dévoilé, en même temps que la dernière version de son OS mobile (iOS 11), Apple Pay Cash, qui permet de transférer de l’argent par le biais de sa messagerie Messages. Le service est encore en test interne, mais devrait être lancé dans le courant de l’automne, d’abord aux Etats-Unis.

Mise à jour (8 novembre 2017, 14h) - Les paiements sur Messenger sont disponibles en France à compter du 7 novembre 2017. Lire : Facebook : les paiements entre amis disponibles dans Messenger

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Novembre 2017