Assurance-vie : un écart de rendement d'un point par an entre contrats web et bancaires

Pourcentages
© vege - Fotolia.com

1,05% : c’est l’écart de rentabilité annuelle sur 16 ans entre un contrat 100% web, Altaprofits Vie, et les contrats bancaires, selon une récente étude du cabinet Facts & Figures.

Premier contrat d’assurance-vie commercialisé sur internet, Altaprofits Vie va fêter le 2 décembre prochain ses 17 ans. A cette occasion, le courtier a commandé une étude au cabinet spécialisé Facts & Figures. Objectif : comparer sur le long terme le rendement d’Altaprofits Vie, contrat 100% web, avec celui de contrats distribués par 6 autres types de réseaux : les banques, les agents généraux d’assurance, les CGP ou courtiers indépendants, les mutuelles, les associations d’épargnants et la grande distribution.

Quatre contrats jugés significatifs - deux seulement pour la grande distribution - ont ainsi été retenus pour chaque canal, soit 24 produits en tout. Pour comparer leur rentabilité nette de prélèvements sociaux, Facts & Figures a simulé un épargnant fictif, procédant à un versement périodique de 100 € sur chaque contrat, du 1er janvier 2001 au 31 décembre 2016, avec une ventilation entre fonds euros et unités de compte correspondant à la clé de répartition du marché.

Le canal bancaire le moins généreux

Bilan : c’est sans surprise le canal bancaire qui s’avère le moins généreux. Il représente pourtant 53% des contrats commercialisés. « En 16 ans, le contrat Altaprofits Vie a délivré en effet une performance financière moyenne annuelle de 2,91% nets, alors que les contrats d'assurance vie commercialisés par les réseaux bancaires affichent, en moyenne, une performance financière moyenne de 1,86 % nets seulement », écrit Altaprofits. Soit un écart de 1,05 point par an, qui s’explique avant tout par les performances des fonds en euros et le niveau des frais d’entrée sur les versements.

L’étude relève également des écarts, mais moins significatifs, avec les autres canaux de distribution : 0,81 point avec les contrats des CGPI et courtiers indépendants, qui détiennent 29% du marché, ou 0,49 point avec ceux des mutuelles (8% du marché). Au final, c’est avec la grande distribution (0,33 point) et les associations d’épargnants (0,35 point) que l’écart est le plus resserré.

Plus d’infos sur les contrats d’assurance-vie Altaprofits

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Octobre 2017

Commentaires

Publié le 27 octobre 2017 à 20h32 - #1Donk

«avec une ventilation entre fonds euros et unités de compte correspondant à la clé de répartition du marché»
Une petite explication serait la bien venue.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 31 octobre 2017 à 08h30 - #2Jeep
  • Homme
  • 45000
  • 70 ans

Ce serait bien de préciser quelle est la clef de répartition retenue entre fonds en euros et unités de compte (en %).

Trouvez-vous ce commentaire utile ?