Budget de la Sécu : « des choix » en faveur du « pouvoir d'achat » et de la « solidarité » (Buzyn)

  • cBanque avec AFP
  • ,
Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé
DR Ministère des Solidarités et de la Santé

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a présenté mardi à l'Assemblée nationale son premier projet de budget de la Sécu qui « fait des choix » en faveur « du pouvoir d'achat des salariés » et aussi « de la solidarité ».

« Ces choix, les Français ont demandé, en juin dernier, au gouvernement et au Parlement de les porter », a rappelé la ministre depuis la tribune au sujet de ce projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018. « C'est le choix du pouvoir d'achat pour les salariés, par la baisse des cotisations sociales » notamment, et « c'est le choix de la solidarité au bénéfice de nos concitoyens les plus fragiles, qu'il s'agisse des bénéficiaires du minimum vieillesse ou des familles les plus pauvres », a détaillé cette novice en politique, médecin de profession.

La baisse des cotisations sera financée par une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), faisant contribuer davantage les retraités en particulier, ce qui concentre les critiques des opposants.

Sur les choix pour la branche famille (barèmes et montants de la Paje revus notamment), qui ont suscité de nombreux amendements, la ministre a rappelé le « travail de fond, sans tabou, sur les objectifs assignés à notre politique familiale » qui a été engagé par le gouvernement.

Objectif : retour à l'équilibre en 2020

Au prix d'économies dans le domaine de la santé en particulier, le déficit de la Sécu doit être réduit à 2,2 milliards d'euros l'année prochaine, et la ministre, de concert avec le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, qui lui a succédé à la tribune, a souligné l'objectif d'« un retour à l'équilibre à l'horizon 2020 ».

Mme Buzyn a aussi défendu un « PLFSS de transformation » avec notamment l'adossement du régime social des indépendants (RSI) au régime général ou l'accent mis sur la prévention en matière de santé. En la matière, la ministre a estimé que l'extension de l'obligation vaccinale pour les jeunes enfants n'était pas un « bouleversement majeur des habitudes et des attitudes vaccinales ».

Prix du tabac : une hausse « nécessaire »

Concernant la hausse « très importante » des prix du tabac, jusqu'à 10 euros le paquet fin 2020, elle l'a jugée nécessaire car « il n'y a pas plus de fatalité dans ces morts (du tabac) qu'il n'y avait de fatalité dans la mortalité sur nos routes ».

Par ailleurs, dans l'optique d'améliorer « l'égalité d'accès aux soins » et dans la lignée des promesses du candidat Emmanuel Macron, Mme Buzyn a prévu de lancer « dès la semaine prochaine le travail et la concertation pour aboutir à un reste à charge zéro dans les domaines de l'optique et des audioprothèses, en sus des négociations entamées mi-septembre dans le secteur dentaire ». Ces travaux devront aboutir « avant la fin du premier semestre 2018 », a-t-elle affirmé.

Pas de renvoi en commission

Après l'intervention des ministres, les députés LR Jean-Pierre Door et Jean-Carles Grelier ont défendu en vain des motions pour rejeter le texte ou le renvoyer en commission.

Défendant la première motion, rejetée par 125 voix contre 77, Jean-Pierre Door a notamment affirmé que ce projet de budget s'apparentait à un « copié-collé » des précédents, ajoutant que la hausse de la CSG « seulement en partie compensée » allait faire « de nouveaux perdants, particulièrement chez nos retraités ». Il a aussi contesté la suppression du RSI, y voyant un « cavalier social ».

Les élus socialistes, Insoumis et communistes ont apporté leur soutien à la motion de rejet de LR, mais pas pour les même motifs. Outre des mesures pénalisant notamment « les classes moyennes et plus modestes », les socialistes ont déploré plusieurs « promesses renvoyées aux calendes grecques » comme sur le minimum vieillesse. Les Insoumis ont dénoncé notamment un PLFSS porteur de « considérations bassement financières » et « une politique de classe ».

La seconde motion LR, de renvoi en commission, également rejetée (122 contre 60), a eu moins de soutiens, les communistes se disant « prêts à en découdre, projet contre projet », face à « cet acte grave de début de quinquennat ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.