Le crédit immobilier, premier facteur de changement de banque

Un compromis de vente
© Gajus - Fotolia.com

L'obtention d'un crédit immobilier à des conditions plus attractives est le premier facteur poussant les clients bancaires à changer d'établissement, davantage que le mécontentement vis-à-vis de leur banque, selon une enquête publiée mardi.

Menée entre le 25 août et le 18 septembre par le cabinet Arcane Research auprès de 8.120 clients, cette enquête révèle qu'un usager bancaire interrogé sur dix (11%) a changé de banque au cours des douze derniers mois. La principale raison qui a poussé les clients au départ « est l'obtention d'un crédit immobilier dans un autre organisme bancaire, qui peut fixer des conditions, à savoir de domicilier le salaire et devenir banque principale », explique Coline Le Bihan, responsable de l'étude.

En conséquence, ce facteur arrive devant les frais jugés trop élevés ou « le mécontentement du relationnel » dans l'ordre des raisons ayant motivé une mobilité bancaire, précise le compte-rendu de l'étude.

La loi Macron, une aide plutôt qu'un déclencheur

Cette enquête est publiée quelque mois après l'entrée en vigueur de la loi dite « Macron », destinée à faciliter la mobilité bancaire, qui impose notamment la gratuité et l'automatisation du transfert de domiciliation bancaire.

D'après les résultats de l'étude Arcane Research, la loi Macron « ne semble pas un motif » en elle-même pour amorcer un changement de banque, mais constitue une aide dans l'accompagnement de cette démarche. Sur dix clients interrogés ayant changé de banque, quatre ont ainsi bénéficié de ce dispositif, est-il révélé.

Caisse d'Epargne et Banque Postale, les grands perdants ?

Paradoxalement, l'étude relève que le Crédit Agricole, l'établissement le plus quitté par les personnes interrogées, est aussi celui qui a attiré le plus de répondants au cours de douze derniers mois dans les cas de changement de banque principale. En revanche, « Caisse d'Épargne et La Banque postale semblent être les grands perdants, recrutant moins de clients qu'ils n'en perdent » et faisant moins bien que lors de la précédente édition de l'étude en 2014, écrit Arcane Research, avant de préciser qu'à l'inverse, Boursorama, banque en ligne filiale du groupe Société Générale, progresse nettement, toujours au dire des clients questionnés.

Dans une réaction transmise à l'AFP, la Caisse d'Epargne a toutefois tenu à contester vigoureusement ces conclusions. « La Caisse d'Epargne constate une progression supérieure au marché de ses parts de marché notamment sur les crédits immobilier et sur les dépôts à vue » ainsi qu'« une forte progression du nombre de ses clients bancarisés principaux », a fait valoir l'établissement.

« Le marché bancaire est chamboulé par les banques en ligne »

De manière générale, poursuit Arcane Research, « le marché bancaire est chamboulé par les banques en ligne qui en redéfinissent les contours, avec une exigence accrue de tous les clients concernant les éléments financiers, le service client, la numérisation et la sécurisation des comptes ».

Gratuité de la carte bancaire, qualité du site internet des banques, diversité des accès (applications mobiles, téléphone, chat, réseaux sociaux, etc.) deviennent ainsi des atouts clés pour attirer les clients, de même que le degré de sécurité des comptes, est-il constaté.

Partager cet article :

Reproduction interdite.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire