Epargne : les aubaines à saisir avant la fin 2017

  • Par
  • ,
une horloge
© erika8213 - Fotolia.com

Flat tax, Livret A, PEL, assurance-vie, dispositif Pinel… Depuis la rentrée, le gouvernement multiplie les annonces sur l’épargne et la fiscalité des placements. Certaines de ces évolutions sont défavorables aux investisseurs et épargnants. Voici quelques opportunités à saisir avant leur entrée en vigueur en 2018.

PEL : ouvrir un plan non fiscalisé

A partir de 2018, les intérêts perçus sur les nouveaux Plans d’épargne logement seront imposés dès la première année de détention. Potentiellement, cette mesure touche le « grand public » puisque le PEL pèse 263 milliards d’euros d’encours, répartis sur 16 millions de plans selon le dernier Observatoire de l’épargne réglementée. Ainsi, près de 24% de la population française possède un Plan épargne logement.

L’imposition des PEL dès la première année ne concernera toutefois que les nouveaux plans, ouverts à compter du 1er janvier 2018. Pour les plans en cours, et pour ceux ouverts jusqu’à la fin de l’année, seuls les intérêts des plans de plus de 12 ans seront imposés, au barème ou à 30% grâce au prélèvement forfaitaire unique (PFU). Si vous comptez ouvrir un PEL, mieux vaut donc s’exécuter avant la fin décembre, afin de profiter des derniers plans partiellement défiscalisés. Reste que, même aujourd’hui, à 1% brut, ce produit n’est plus forcément le plus attractif des produits d’épargne.

Plus de détails sur le fonctionnement du PEL

Assurance-vie : abonder les gros contrats

Plus d’un tiers des ménages français possèdent une assurance-vie. Mais l’évolution fiscale annoncée par le gouvernement ne concerne qu’une poignée de détenteurs : le prélèvement forfaitaire unique (ou l’imposition au barème classique) touchera les contribuables possédant plus de 150 000 euros en assurance-vie (300 000 euros pour un couple), et uniquement pour les revenus tirés des versements réalisés à partir de 2018. A en croire le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, seuls 6% des contrats seront potentiellement touchés par cette mesure.

Si vous avez la chance, malgré tout, d'être concerné par ces seuils, il peut être judicieux d'anticiper vos versements avant la probable entrée en vigueur de la mesure au 1er janvier 2018. D'ailleurs, les courtiers en épargne en profitent habilement pour presser leurs clients, en misant sur l’aubaine des derniers mois d’avant-flat tax : « Ne tardez pas, agissez avant l’application de cette loi modifiant la fiscalité sur les rachats de l'assurance-vie », lit-on dans les actualités de E-Patrimoine. Un message similaire, invitant à « anticiper » ou « prendre date », se retrouve dans les récentes newsletters de Linxea, Assurancevie.com ou encore Mes-Placements. Ce dernier va même plus loin : « La mesure devrait être applicable dès 2018, toutefois, on ne peut exclure que cette date soit avancée à la date de présentation du texte en conseil des ministres (le 27 septembre 2017), afin d'éviter un effet d’aubaine. » Un sentiment partagé par d'autres courtiers et assureurs. Mes-Placements conseille ainsi d’investir « au plus tard le 21 septembre, compte tenu des délais de traitement ».

Lire aussi : Assurance-vie : pourquoi la flat tax fait polémique

Investissement locatif Pinel : dernières opportunités en zone rurale

Ce mercredi, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et son secrétaire d’Etat Julien Denormandie ont annoncé la reconduction du dispositif Pinel pour 4 ans. Mais le dispositif d’incitation à l’investissement locatif est recentré sur les zones les plus tendues (A, A bis et B1) à partir de 2018. Il ne sera donc plus possible de défiscaliser par ce biais en zones B2 et C, autrement dit dans les territoires ruraux et péri-urbains.

Si vous prévoyez de réaliser un investissement locatif éligible au dispositif Pinel dans ces zones, il faut concrétiser ce projet avant la fin d’année. Pour les investissements en zones B2 ou C, la signature du compromis de vente avant le 31 décembre suffira-t-elle à profiter de la défiscalisation Pinel ? Habituellement, cette condition suffit, sous réserve que l’acte authentique d’achat soit finalisé lors du trimestre suivant.

Plus de détails sur la défiscalisation Pinel

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Septembre 2017