Logement : des mesures fiscales en faveur de la construction et des jeunes

  • cBanque avec AFP
  • ,
Une maison en construction
© Eléonore H - Fotolia.com

Le gouvernement a annoncé mercredi des mesures fiscales « choc » pendant trois ans sur les cessions de terrains à construire, la prolongation plus ciblée de deux aides, le PTZ (prêt à taux zéro) et le Pinel, et 80.000 logements à destination des étudiants et des jeunes actifs.

Afin d'accélérer la libération du foncier et de construire rapidement des logements, de forts abattements fiscaux seront consentis par l'Etat sur les plus-values immobilières, pour la vente de terrains en zones tendues, pendant trois ans, a annoncé le ministère de la Cohésion des territoires.

« Cet abattement sera de 100% pour la vente de terrains permettant de construire du logement social, de 85% pour du logement intermédiaire, et de 70% pour du logement libre », a précisé le secrétaire d'Etat Julien Denormandie, lors d'une conférence de presse.

Le PTZ recentré sur les zones urbaines

En outre deux aides publiques, le prêt à taux zéro (PTZ) octroyé aux ménages accédant à la propriété et l'avantage fiscal « Pinel », consenti aux particuliers achetant un logement pour le louer, seront « prolongées pendant quatre ans », mais distribuées de manière plus ciblée.

Elles seront concédées de façon à « construire plus vite en zone tendue et à soutenir la revitalisation dans les zones détendues », a indiqué Julien Denormandie. Ainsi le dispositif Pinel sera « recentré sur les zones A, A bis et B1 sur 4 ans », tandis que le PTZ « ciblera les zones A, A bis et B1 » sur la même période, avec une « souplesse de transition sur la zone B2 durant l'année 2018 », a-t-il précisé.

Lire aussi : Où pourra-t-on bénéficier du PTZ en 2018 ?

Un « bail étudiant » sans dépôt de garantie

Pour aider les étudiants et les jeunes actifs, « souvent victimes de discrimination dans l'accès au logement », le gouvernement prévoit de construire 60.000 logements pour les premiers et 20.000 destinés aux seconds sur le quinquennat.

Il va également proposer une « solution de garantie à l'ensemble des étudiants locataires sans conditions de ressources et pour tous les logements », en étendant la garantie existante, Visale, financée par Action Logement, a précisé Jacques Mézard.

Un « bail mobilité de 1 à 10 mois », sera par ailleurs créé, à destination des étudiants et des personnes en formation. « Aucun dépôt de garantie ne sera demandé », a précisé Julien Denormandie, en présentant la « stratégie » du gouvernement pour le logement, dans un contexte de recherche d'économies budgétaires.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.