Crédit d'impôt : le CICE abaissé en 2018 avant sa suppression en 2019

  • cBanque avec AFP
  • ,
Bulletin de paie
© Marc Roche - Fotolia.com

Le taux du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) sera abaissé d'un point l'année prochaine avant d'être transformé en 2019 en baisse directe de cotisations pour les employeurs, comme l'avait promis Emmanuel Macron pendant la campagne électorale, a annoncé lundi Édouard Philippe.

Le taux du CICE passera ainsi de 7 à 6% de la masse salariale. En déplacement dans les Deux-Sèvres, le Premier ministre a par ailleurs confirmé la présentation en 2018 d'un nouveau projet de loi destiné à favoriser les entreprises en France, notamment les PME, ainsi que la suppression d'une taxe de 3% sur les dividendes, récemment retoquée par la justice européenne.

Outre le prélèvement forfaitaire unique « de l'ordre de 30% » sur les revenus de l'épargne, Édouard Philippe a également confirmé la trajectoire de baisse de l'impôt sur les sociétés, ramené par étapes à 25% d'ici à 2022, soit une baisse d'impôt totale de 11 milliards d'euros pour les entreprises. Le CICE, mesure de baisse du coût du travail emblématique du quinquennat Hollande, sera bien remplacé en 2019 par une baisse directe des charges de six points sur la masse salariale, a confirmé Édouard Philippe, venu visiter une usine de fabrication de conduits de cheminée Poujoulat avec son ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Cumul CICE et baisse de charges en 2019

Avant de disparaître, son mode de calcul sera moins favorable en 2018 : il sera calculé l'an prochain sur 6% de la masse salariale jusqu'à 2,5 fois le SMIC, et non plus 7% comme c'était le cas cette année, selon le dossier de presse du plan présenté par le Premier ministre.

L'effet de cette mesure d'économie ne devrait toutefois pas être très douloureux pour les entreprises, souligne-t-on à Matignon : le crédit d'impôt pour 2018 se concrétise un an plus tard, soit en 2019, année où les employeurs vont cumuler l'effet du CICE avec la nouvelle baisse des charges promise durant la campagne présidentielle par le chef de l'État.

« Coup de booster »

En cumulant les deux effets, entreprises et employeurs bénéficieront ainsi d'une baisse de coût de près de 21 milliards d'euros en 2019, selon Matignon. « Cela donnera un coup de booster considérable pour les entreprises. Profitez-en », a souligné Édouard Philippe, après une table ronde avec des chefs d'entreprise.

Le gouvernement espère que cet afflux exceptionnel de capitaux dans l'économie dans deux ans créera 35.000 emplois en 2019 et 70.000 en 2020.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.