De Courson conteste la tête de commission des Finances à Woerth

  • cBanque avec AFP
  • ,
Assemblée nationale
DR - Assemblée nationale

La présidence de la commission des Finances, qui revient depuis 2009 à l'opposition, fera l'objet jeudi d'une bataille inhabituelle. Le candidat LR Eric Woerth doit affronter trois autres candidatures, notamment celle du « constructif » Charles de Courson (UDI).

L'ex-ministre du Budget Eric Woerth (Oise) a été élu mercredi à une courte majorité par les députés LR pour présider la commission des Finances, face au sortant Gilles Carrez (Val-de-Marne). LR étant le groupe « d'opposition » le plus nombreux (100 députés), la présidence devrait alors leur revenir : « Il y a, traditionnellement, la commission des Finances avec un président au premier groupe d'opposition », avait noté il y a huit jours le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner, ayant « le sentiment que ce sera un représentant des Républicains canal historique ».

Woerth ne convient pas aux « constructifs »

Pourtant, après la désignation d'Eric Woerth, le groupe « constructifs » LR-UDI-indépendants (35 membres, inscrit comme « d'opposition ») a décidé de présenter son candidat, le chevronné Charles de Courson (Marne), 64 ans, un des piliers de cette commission. « Il n'y serait pas allé face à Gilles Carrez, qui est un ami, mais il se sent parfaitement légitime face à Eric Woerth », explique-t-on chez les « constructifs ».

De son côté, le groupe « Nouvelle gauche » (ex-PS) a décidé de proposer la candidature de l'ex-rapporteure générale du Budget Valérie Rabault (Tarn-et-Garonne). Son président, Olivier Faure, a justifié cette candidature en arguant que « LR ne pouvait pas être considéré comme un groupe d'opposition dans la mesure où les ministres à Bercy viennent de LR ».

La France insoumise se voit comme « le seul groupe » d'opposition

Quant à La France insoumise, elle réclame aussi la présidence de cette commission, se considérant comme « le seul groupe » d'opposition, a déclaré mardi son président Jean-Luc Mélenchon, selon lequel son groupe sera « sans doute » le seul dont « tous les membres voteront contre la confiance au gouvernement » d'Edouard Philippe (issu de LR).

Réélu pour un quatrième mandat de député de la 4e circonscription de l'Oise face à une candidate REM, Eric Woerth, 61 ans, a été ministre du Budget de 2007 à 2010, puis du Travail en 2010. Il avait dû quelques mois après quitter le gouvernement en raison de sa mise en cause dans l'affaire Liliane Bettencourt, avant d'être finalement relaxé en mai 2015. Longtemps trésorier de l'UMP, il a été chargé du projet LR lorsque Nicolas Sarkozy avait repris le parti, ainsi que du projet pour la campagne présidentielle de François Fillon. Dans sa campagne ces dernières semaines pour la présidence de la commission des Finances, il jugeait que le pilotage de cette commission-clef « doit être plus politique, face à un gouvernement très politique », une vision divergente de celle de Gilles Carrez.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.