BforBank

Banques : ce que change la révolution numérique

Homme tenant un smartphone et une carte bancaire devant un ordinateur
© wutzkoh - Fotolia.com

Pour tirer leur épingle du jeu dans la nouvelle économie numérique, les banques n’ont d’autre choix que de s’ouvrir, via des API, et de collaborer avec les fintechs, estime une récente étude. Une évolution porteuse de certains risques, mais aussi de nouveaux revenus.

D’un côté, des services bancaires du quotidien (gestion budgétaire, paiement, épargne) confiés à des sociétés high tech spécialisées, via des applications mobile dernier cri ; de l’autre des enseignes bancaires ramenées au rang de simples chambres d’enregistrement, comptables des opérations de leurs clients et garantes de leur sécurité. C’est un des avenirs possibles de la banque de détail. Et ce n’est pas le plus favorable aux banques, qui y perdraient l’accès direct au client et avec lui des opportunités de revenus.

Comment les banques peuvent-elles éviter ce risque de désintermédiation ? C’est la question posée par l’édition 2017 du World Retail Banking Report, grande étude annuelle sur le marché de la banque de détail, coproduite par la société informatique Capgemini et l’Efma, think tank bancaire spécialiste de l’innovation.

Collaboration avec les fintechs

La réponse est assez paradoxale : pour éviter de perdre l’accès au client, les banques doivent s’ouvrir. « [Celles] qui réussiront le mieux », affirme Vincent Bastid, secrétaire général de l'Efma, « sont celles qui utiliseront des API ouvertes pour collecter des informations sur leurs clients et générer de nouvelles sources de revenus, tout en améliorant l'expérience client ». Les API - ou interfaces de programmation applicative - permettent en effet à une application de se connecter à une autre application et de lui fournir des données et des services. Elles sont ainsi un « outil essentiel aux banques pour tirer parti de l'ingéniosité des fintechs sans avoir à modifier en profondeur les infrastructures existantes », détaille le rapport.

Le futur paysage de la banque de détail dépendra en effet, pour une part, de la manière dont les banques parviendront à travailler avec ces sociétés technologiques du secteur financier. Cette collaboration, en effet, apparait désormais incontournable pour 9 banques sur 10 et 3 fintechs sur 4, selon les résultats d’un sondage mené dans le cadre de l’étude. Mais quelle forme prendra-t-elle ?

De nouvelles sources de revenus grâce aux API

54% des fintechs et 43,5% des banques pensent qu’elles collaboreront pour développer ensemble des plateformes offrant des services complémentaires groupés aux clients. C’est donc le scénario le plus probable pour les deux secteurs. Mais il y a une alternative possible, qui convainc près la moitié des fintechs (47,8%) et nettement moins les banques (28,8%) : c’est celui envisagé en début d’article, où les banques abandonnent à ces tiers la distribution de leurs produits, et tout ou partie de la relation avec le client.

L’enjeu sous-jacent est évidemment celui de la capacité des banques à gagner de l’argent dans cette nouvelle configuration. Elles doivent choisir « soigneusement leur modèle économique d’interaction avec les clients » préviennent Capgemini et l’Efma. De ce point de vue, la révolution en cours n’est pas dénuée de perspectives. « Les banques ont l’opportunité d’utiliser leurs données clients non seulement pour améliorer l’engagement du client, mais aussi pour créer de nouvelles sources de revenus », explique l’étude.

Les banques disposent ainsi de trois pistes pour monétiser l’accès à leurs données. La première est celle du partage des revenus générés par la fintech grâce aux API. Une solution qui plaît aux banques (48% d’entre elles l’envisagent positivement), mais pas aux fintechs. Ces dernières, d’une courte majorité (54,3%), sont plutôt convaincues par une sorte de « paiement à l’acte » : la fintech paye une commission à la banque à chaque fois qu’elle effectue une transaction via l’API. Un modèle plus consensuel, puisqu’il convainc également 43,5% des banques.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Juin 2017