Bâtiment : la reprise se confirme au 1er trimestre 2017

  • cBanque avec AFP
  • ,
Cap Mail en chantier à Rennes
Chantier de Cap Mail à Rennes - CC Valdosilasol/Flickr

La reprise se confirme dans un secteur du bâtiment où l'activité a progressé de 4% au début de l'année, même sur le segment des travaux d'amélioration-entretien, longtemps resté à la traîne, annonce la Fédération française du bâtiment (FFB).

Alors que la fédération tablait fin 2016 sur « une croissance de l'activité de 3,4% en volume sur l'ensemble de 2017 », le premier trimestre seul a enregistré une progression de 4% comparé à la même période de 2016, selon des estimations provisoires. Ainsi « le dynamisme de nombre de nos segments de marchés se confirme », a indiqué mardi la fédération lors d'une conférence de presse.

Depuis des mois, le logement neuf « porte l'essentiel de la croissance », (+12,8% en volume) et tant les mises en chantier que les permis de construire sont en hausse, ce qui est de bon augure pour l'année en cours. En outre les ventes des promoteurs et des constructeurs de maisons individuelles « s'avèrent toujours bien orientées, même si l'on note un tassement de tendance récent », commente le patronat du bâtiment.

Seuls les locaux commerciaux décrochent

Si la construction neuve en non résidentiel est quasi stable (+0,4% sur un an), elle devrait retrouver de la vigueur car les quatre premiers mois de 2017 ont vu une hausse des surfaces autorisées et commencées (+2,4% et +3,3%), annonciatrice d'activité dans les prochains mois. Seul le segment des locaux commerciaux, « à rebours des tendances précédentes, décroche depuis la mi-2016 », observe la FFB.

Quant à l'activité de travaux d'amélioration-entretien, restée longtemps à la traîne, elle s'affiche en hausse de 1% en glissement annuel sur le premier trimestre 2017 et « a probablement connu une légère accélération au deuxième trimestre ».

16.300 emplois supplémentaires

La FFB, qui tablait sur des embauches en hausse de 10.000 postes, y compris intérim, constate, au vu des données du ministère du Travail, que « le premier trimestre 2017 se solde sur une vive progression de 16.300 emplois par rapport à la même période il y a un an ».

Il s'agit principalement de postes d'intérim (14.400) en équivalent-emplois à temps plein, mais aussi de 1.900 postes permanents, souligne-t-elle. « Évidemment, cette plaisante inflexion reste limitée au regard des quelque 180.000 postes détruits depuis 2008 », modère la FFB.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.