Crédit immobilier : sommes-nous moins endettés que nos voisins ?

Drapeaux européens sur le Kirchberg à Luxembourg
© Christian Müller - Fotolia.com

La dette immobilière des Français a progressé de près de 5% en France en 2016, plus que dans la plupart des pays. Pour autant, sommes-nous plus ou moins endettés que nos voisins ? Réponse avec le Crédit Foncier, qui vient de publier son étude annuelle sur les marchés européens du crédit immobilier résidentiel.

49 870 euros : c’est le montant moyen de la dette immobilière des ménages français propriétaires à la fin 2016, selon les données compilées par le Crédit Foncier. Un chiffre qui nous place, au niveau européen, dans le premier tiers du classement, à la 9e place (sur 29), entre l’Allemagne (53 244 euros) et la Finlande (49 193 euros), et un peu au-dessus de la moyenne européenne (40 671 euros).

Dans ce domaine, deux pays sont très largement au-dessus des autres : le Danemark, avec un encours moyen par ménage propriétaire de 192 461 euros, et le Luxembourg (164 884 euros). Ce montant est divisé par deux en Suède (83 274 euros), 3e du classement. Plus généralement, souligne le Crédit Foncier, les habitants de l’Europe du Nord (Scandinavie et Royaume-Uni) sont 11 fois plus endettés (80 164 euros de dette immobilière moyenne par ménage propriétaire) que ceux d’Europe de l’Est (6 033 euros).

Des ménages français faiblement endettés en comparaison

Résultat : pour acheter leurs résidences principales, les ménages français ont moins recours à l’endettement que leurs voisins européens au niveau de vie comparable. Les encours de crédits immobiliers représentent ainsi dans l’Hexagone 64% du revenu disponible brut des ménages, en dessous de la moyenne européenne (67%) et bien loin du Danemark (194%) et du Luxembourg (145%).

Les crédits immobiliers représentent également en France 86% de l’ensemble des crédits en cours de remboursement, comme en Allemagne, mais moins qu’aux Pays-Bas (96%), au Danemark (95%), en Belgique (94%) ou au Royaume-Uni (90%). Bien que légèrement moins peuplé que la France, ce dernier représente d’ailleurs un marché du crédit immobilier beaucoup plus substantiel : 1 352 milliards d’euros d’encours, contre 928 milliards d’euros en France fin 2016.

Des taux pourtant particulièrement bas

2016 a été présentée, à raison, comme une très bonne année pour le crédit immobilier en France. Les chiffres du Crédit Foncier le confirment : l’encours a progressé de 4,7% en France, presqu’au même niveau qu’au Royaume-Uni (4,8%) et plus qu’en Allemagne (3,7%). Plus globalement, l’Hexagone se situe au 11e rang européen sur ce critère, derrière des pays émergents, notamment d’Europe de l’Est (+14,2% en Slovaquie, +13% en Roumanie, +8,4% en République tchèque) mais aussi derrière la Belgique (+9,2%) ou la Suède (+7%).

Le réel dynamisme du marché français du crédit immobilier s’explique. Nous faisons en effet partie des pays gagnants de la baisse des taux. Entre 2008 et 2016, le taux moyen des nouveaux prêts est passé chez nous de 4,8% à 1,6%, soit une baisse de 66% comparable avec celle enregistrée en Espagne, au Portugal ou en Allemagne. Dans le même temps, les prix immobiliers moyens n’ont progressé que de 3%, contre 33% en Allemagne par exemple. Résultat : nous avons profité d’une hausse de 30% de notre pouvoir d’achat immobilier.

Lire aussi : Les Européens pas tous aussi bien servis par la baisse des taux immobiliers

Les chiffres 2016 du crédit immobilier en France

  • Encours de crédits immobiliers : 928 milliards d’euros
  • Part du crédit immobilier dans l’endettement total des ménages : 86%
  • Évolution annuelle 2015-2016 : 4,7%
  • Évolution sur cinq ans (2011-2016) : 18%
  • Encours de crédits immobiliers par habitant : 13 905 euros
  • Encours de crédits immobiliers par ménage propriétaire : 49 870 euros
  • Encours de crédits immobiliers par ménage propriétaire en cours de remboursement : 160 354 euros
  • Part des crédits immobiliers rapportés au revenu disponible : 64%
  • Évolution annuelle des prix immobiliers 2015-2016 : +1,9%
Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Mai 2017

Commentaires

Publié le 26 mai 2017 à 13h48 - #1Fleg

les prix de l'immobilier en Allemagne ont progressé de 33% sur la période ?! c'est énorme. à ce rythme là, si les revenus des allemands n'augmentent pas au même rythme (ce qui est à peu près sûr vu l'importance du chiffre), ils ne pourront plus acheter de bien immobilier ! bulle ?
EDIT : je n'avais pas fait attention, la période est de 8 ans, ce qui fait environ 3,6% d'augmentation par an pendant 8 ans. Ce n'est donc pas si énorme que cela. Malgré tout je serais curieux de voir si les salaires suivent le même rythme de progression.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 26 mai 2017 à 21h48 - #2edbraun
  • Homme

Il est à noter que tous les pays qui ont un endettement public inférieur à 3% ont souvent une dette des ménages deux fois supérieur à celui de la France à l'exception de l'Allemagne qui a une situation économique totalement hors norme du fait de sa situation démographique. A l'allure ou les services publics et les ménages français vont devoir payer pour les études de leurs enfants, se soigner et faire face à leur vieillesse il est probable que nous aurons rattraper ces pays et en particulier le RU dans les années à venir. La catastrophe de 2008 qui portait sur un endettement privé trop élevé nous guette de nouveau avec en prime les risques systémiques chinois et d'Asie du sud est.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10

Ajouter un commentaire