Résultats 2016 : la faible moisson de l'assurance-vie freine les assureurs

  • cBanque avec AFP
  • ,
Bernard Spitz en 2016
Bernard Spitz - CC Wikimedia commons / RomanoEskob

Le secteur français de l'assurance a généré en 2016 un chiffre d'affaires quasiment stable (+0,4%) à 210 milliards d'euros en 2016, affecté par un tassement de l'assurance-vie, selon des données publiées jeudi par la Fédération française de l'assurance (FFA).

« Ce sont des résultats très satisfaisants dans un contexte difficile qui montrent la solidité de notre secteur », a estimé Bernard Spitz, président de la Fédération française de l'assurance, lors d'une conférence de presse. Après quatre années consécutives de croissance franche, les dépôts des épargnants sur leurs contrats d'assurance-vie ont reculé de 0,6% à 134,7 milliards d'euros tandis que leurs retraits ont atteint 117,9 milliards d'euros, en progression de 5,2%. Ainsi, même si la collecte nette s'affiche à 16,8 milliards d'euros, elle ressort en net recul de 29% par rapport à celle de 2015.

Unités de compte : 84% de la collecte nette

Les versements sur les fonds en euros, à capital garanti, ont été stables à près de 108 milliards d'euros, à l'instar de ceux sur les supports en unités de compte, plus risqués mais potentiellement plus rémunérateurs, qui ont atteint 27 milliards d'euros comme l'an dernier. Néanmoins, les contrats en unités de compte ont représenté 84% de la collecte nette, soit 14,1 milliards d'euros.

Cette tendance s'explique par la baisse continue des taux servis sur les fonds en euros, le rendement moyen sur ce segment ayant nettement reculé de 0,70 point de pourcentage en 2016 pour atteindre 1,8% en moyenne. Le rendement moyen des unités de compte a lui baissé plus modérément tout en demeurant sensiblement supérieur, passant de 4,1% à 3,9% entre 2015 et 2016.

Lire aussi : Un rendement 2016 plus faible que prévu pour les fonds en euros de l'assurance-vie

L'assurance dommages tirée par les contrats auto et habitation

Le secteur a par ailleurs traversé une année marquée par des événements climatiques majeurs qui lui ont coûté 2,3 milliards d'euros dont 1,3 milliard au titre des inondations survenues en mai et juin dernier dans la région parisienne, le Centre et l'Est. Quelque 91% des 172.000 sinistrés enregistrés à la suite de ces intempéries, les plus coûteuses en dégâts assurés depuis 1982, ont été indemnisés, souligne la FFA. Au total, 13 millions de sinistres ont été indemnisés l'an passé, les deux tiers d'entre eux étant liés à l'automobile.

En termes de cotisations, les assureurs ont perçu en matière d'assurances de personnes 157 milliards d'euros, soit un niveau pratiquement identique à celui de l'an dernier. Les cotisations pour des produits d'assurances dommages ont augmenté de 1,5%, à 53,2 milliards d'euros, tirées par les branches automobile et habitation.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.