Macif : 500 millions d'euros pour prendre le virage du numérique

  • cBanque avec AFP
  • ,
Logo de la Macif
DR

L'assureur mutualiste Macif va consacrer à sa transformation 500 millions d'euros sur 2016-2020, dont 200 millions pour prendre le virage du numérique et développer l'innovation, a-t-on appris vendredi auprès du groupe.

L'assureur a déjà investi environ 100 millions d'euros l'année dernière sur les 500 prévus dans le cadre de son plan stratégique 2016-2020, a indiqué Adrien Couret, directeur général délégué du groupe, à l'AFP.

Sur la période, Macif entend évoluer tant dans son organisation que dans son développement commercial et technologique. Parmi les premiers objectifs atteints par l'assureur mutualiste : la réduction du nombre de directions régionales, passées de 11 à 5, une refonte de son site internet et un enrichissement de son offre commerciale en assurance-vie et habitation.

15 millions d'euros pour 5 start-ups

En outre, un fonds d'investissement dédié aux start-up a été lancé. Quelque 15 millions d'euros ont déjà été injectés dans cinq jeunes pousses : CBien (inventaire de biens en ligne), Tellmeplus (analyse prédictive), Drust (véhicules connectés), Carizy (transaction automobile en ligne) et la danoise GoMore (covoiturage et location de véhicules entre particuliers) dans laquelle le groupe vient d'investir 5 millions d'euros pour contribuer notamment à son implantation en France.

Pour accompagner la mutation du groupe vers le numérique, trois nouvelles directions ont été crées (Expérience client, Transformation, Digital et systèmes d'information) ainsi qu'un « comité consultatif jeunes », qui réunit 20 collaborateurs de moins de 35 ans afin de recueillir leurs avis et propositions sur l'évolution du groupe.

Ces salariés « ne vivent pas de la même manière les modes de travail, la relation client que les autres générations de collaborateurs au sein de l'entreprise », a affirmé Adrien Couret et, « compte tenu du projet d'innovation du groupe, il s'agit d'écouter, de prendre en considération (...) des voix qui ne sont pas toujours entendues dans le monde de l'entreprise ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.