Paiements récurrents : la carte bleue rattrape le prélèvement dans le cœur des Français

Banque mobile
© bloomua - Fotolia.com

Comment les Français règlent-ils leurs abonnements et autres paiements récurrents, de plus en plus courants dans l’économie numérique ? Par prélèvement automatique, traditionnellement, mais de plus en plus par carte bancaire.

A l’ère de l’économie numérique, de plus en plus de services sont vendus sous forme d’abonnements mensuels ou annuels. C’est aussi le cas de certains biens, notamment avec l’essor des « box ». Dans ce cadre, les paiements récurrents deviennent de plus en plus fréquents. Quels sont les meilleurs moyens de régler ce genre d’achats ? Le service de paiement britannique GoCardless a posé la question aux consommateurs européens (1).

En France, le moyen de paiement traditionnel pour les abonnements et les achats récurrents est le prélèvement. Il est en effet plébiscité par près de 30% des sondés, très à l’aise avec son utilisation. Mais la carte bancaire de débit, conçue à l’origine pour les paiements en points de vente, le rattrape : 28% des Français ne voient en effet aucun inconvénient à l’utiliser pour leurs achats récurrents.

Qu’en est-il dans les autres pays européens ? Au Royaume-Uni, 32% des sondés plébiscitent le prélèvement, jugé le plus simple et le plus sûr. La carte bancaire de débit, elle, recueille l’assentiment de 25% des Britanniques, au même niveau que le portefeuille électronique PayPal. Les Allemands, eux, semblent généralement plus réfractaires aux paiements récurrents : seulement 17% d’entre eux sont très à l’aise pour utiliser le prélèvement, et 16% la carte de débit.

(1) Etude YouGov réalisée en ligne, en septembre 2016, sur un panel représentatif de 2.044 personnes (adultes de plus de 18 ans) en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne et en Suède.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Décembre 2016