BforBank

Compte Nickel, N26 : qu'apportent les cartes bancaires des néobanques ?

Carte N26 Black

L’offre de « comptes sans banques » s’étoffe en France. Dans la foulée du succès du Compte Nickel, ce sont pas moins de cinq marques, souvent des établissements de paiement, qui proposent des cartes bancaires connectées à un portefeuille électronique et une application mobile. Mais que valent ces produits, en termes de tarifs et de fonctionnalités ?

Le Compte Nickel a montré la voie. Lancé en février 2014, le service inventé par la Financière des paiement électroniques (FPE), un établissement de paiement français, revendique à l’heure d’écrire ces lignes plus de 430.000 clients. Un chiffre qui le place même devant certaines banques en ligne. La formule gagnante du Compte Nickel - une carte bancaire pas trop chère disponible en quelques minutes chez le buraliste, un RIB qui permet de recevoir des virements et de domicilier des prélèvements - a depuis inspiré des vocations. C’est le cas de PCS MasterCard, un spécialiste des cartes bancaires prépayées qui occupait déja le terrain avant Compte Nickel, mais qui a étoffé ces derniers mois son offre en proposant des formules avec RIB et application mobile, couvrant des usages de plus en plus variés.

Le marché s’enrichit également de nouveaux entrants, qui ambitionnent à leur tour de marcher sur les plate-bandes du Compte Nickel, et n’hésitent pas à se définir comme des « néobanques ». Citons par exemple Morning, qui s’apprête à lancer sa première carte bancaire. Sur son site web, l’établissement de paiement toulousain explique son ambition de « proposer une expérience réinventée de la banque en mettant en avant des fonctionnalités de mobilité et de pilotage », à « une offre tarifaire souvent plus avantageuse que celles déjà disponibles sur le marché ». Un credo proche de celui de N26, un acteur allemand qui revient sur le marché français, et de Lydia, spécialiste du paiement entre particuliers qui a lancé sa carte bancaire en septembre dernier.

Peu chères, mais loin d’être gratuites

On le sait : en matière bancaire, la tarification est le nerf de la guerre, le principal argument retenu par les usagers pour tester de nouvelles solutions. Les prix affichés par les « comptes sans banque » sont-ils à la hauteur ? cBanque a fait le tour des brochures pour en extraire les principales lignes tarifaires :

TarifsAnytimeCompte NickelLydiaN26PCS Mastercard
Cotisation annuelle27 euros20 euros47,88 euros (1)Gratuit (2)14,90 euros (3)
Rechargement par virementGratuitGratuitNPGratuit2%
Rechargement par CB3,80%NPGratuitNP4%
Retraits en zone SEPA2 euros1 euroGratuit jusqu'à 5 par moisGratuit jusqu'à 5 par mois
puis 2 euros par retrait
1 euro
Retraits hors zone SEPA2,5% + 2 euros (4)2 eurosGratuit jusqu'à 10 par an1,70%1% + 3 euros
Paiements hors zone SEPA2,50%1 euroGratuit jusqu'à 20 par anGratuit3%
Perte vol de la carte15 euros10 euros20 euros10 euros10 euros
NP = non proposé
(1) +10 euros à la commande de la carte
(2) ou 8,70 euros par trimestre si moins de 9 paiements par carte par trimestre
(3) pour la version Black, valable 2 ans
(4) par tranche de 300 euros

Verdict : avec des cotisations annuelles comprises entre 14,90 euros (chez PCS MasterCard) et 47,88 euros (chez Lydia), les néobanques sont peu chères mais loin d’être gratuites. D’autant qu’outre la cotisation annuelle, elles font payer pour certaines le rechargement du compte (PCS MasterCard), les retraits en espèces (Anytime, PCS MasterCard, Compte Nickel) et les paiements en devises (Anytime, PCS MasterCard, Compte Nickel).

Les formules proposées par le spécialiste des cartes prépayées, PCS MasterCard, et par Anytime apparaissent particulièrement coûteuse. Lydia, de son côté, fait payer cher sa carte (10 euros pour la fabrication, puis 3,99 euros par mois) mais il s’agit d’un forfait qui offre la gratuité sur les retraits et les paiements hors zone euro. Une formule qui aurait pu intéresser les grands voyageurs si ces opérations n'étaient pas limitées en nombre : 20 paiements en devises par an, et 10 retraits.

Les autres ne présentent de réel intérêt que pour les clients qui ne respectent pas les conditions de revenus de ces acteurs 100% en ligne - une population que vise tout particulièrement le Compte Nickel et PCS MasterCard - ou ceux qui souhaitent des services innovants associés à la carte bancaire.

Fonctionnalité : du gadget et de l’utile

Les fonctionnalités avancées, c’est en effet l’autre grand argument des néobanques. Toutes ont un point commun : leurs cartes bancaires sont des modèles à autorisation systématique. Inconvénient : elles ne passent pas dans certains automates, aux péages des autoroutes ou aux stations essence par exemple. Avantage : elles permettent de répercuter immédiatement les paiements et retraits sur le solde du compte, et de recevoir des alertes en temps réel. Et bien sûr, elles excluent les découverts.

La promesse d’une meilleure gestion budgétaire grâce au temps réel et à l’absence de découvert est ainsi la principale promesse faite par Compte Nickel. D’autres marques, toutefois, vont un peu plus loin en matière de fonctionnalités, comme le montre le tableau ci-dessous :

FonctionnalitésAnytimeCompte NickelLydiaN26PCS Mastercard
RIB

Oui

Oui

Fin 2016Iban allemand

Oui

Appli mobile

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Opérations en temps réel

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Changement de code secret

Non

Non

Oui

Oui

Non

Désactivation carte

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

Désactivation paiement internet

Oui

Non

Oui

Oui

Non

Désactivation retraits

Oui

Non

Oui

Oui

Non

Gestion des plafonds

Non

Oui

Oui

Oui

Non

On le voit, les néobanques revendiquées, N26, Lydia et Anytime, s’appuient sur des applications mobiles dernier cri qui permettent de paramétrer, très précisément et en temps réel, l’usage de la carte bancaire. Certaines fonctions tiennent du gadget - le changement du code secret -, mais d’autres apparaissent comme de vrais plus en termes de sécurité : la possibilité par exemple de désactiver la carte oubliée ou égarée, ou les paiements sur internet lorsque que vous ne les utilisez pas.

Ces sophistications suffiront-elles, à elles seules, à convaincre les usagers de migrer vers ces nouveaux acteurs pour la gestion quotidienne de leur argent ? Les plus technophiles sans doute. Pour les autres, il faudra sans doute attendre quelques années.

Mise à jour (14 février 2017) - Toutes les références à Morning ont été supprimées du texte et des tableaux, la société ayant renoncé, suite à des difficultés financières, à lancer sa carte bancaire.

Mise à jour (14 février 2017) - Mise à jour des tarifs de N26.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Novembre 2016

Commentaires

Publié le 25 novembre 2016 à 09h35 - #1Anarob75
  • Homme
  • 73 ans

Dans votre comparatif, qu'en est-il des taux de change pratiqués pour des retraits en devises à l'étranger? Est-ce que l'établissement peut majorer le taux de change officiel de l'éditeur de la carte sans le signaler expressément? Ce qui serait une façon détournée de prélever des frais sur les retraits en devises.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 25 novembre 2016 à 16h38 - #2Jacky
  • Homme
  • 78180
  • 61 ans

Bonjour je suis utilisateur de la carte nickel depuis sa création et j'ai ouvert aussi un compte pour la fille de 15 ans .
Je suis très satisfait de cette banque et je la recommande .au moins dans un bureau de tabac on ne subit pas les regards méprisants des conseillers de banques .

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 27 novembre 2016 à 10h58 - #3Gr27

Tout à fait d'accord avec votre remarque concernant la carte Lydia, coûteuse mais qui pourrait intéresser les grand voyageurs, sauf que Lydia limite l'utilisation à 10 retraits et 20 paiements PAR AN en devises (tarification supplémentaire au-delà). 1,67 paiement en devises en moyenne par mois pour un grand voyageur, c'est que le grand voyageur en question ne dépasse vraiment pas souvent les frontières de la zone Euro ! Très décevant, d'autant qu'on frôle l'argumentaire trompeur ("TOUT EST GRATUIT... si on ne l'utilise presque jamais").

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 28 novembre 2016 à 07h38 - #4dc92
  • Paris
  • 50 ans

Il manque la célèbre carte Revolut qui propose la grande majeure partie de ces services et gratuitement. Bizarre de l'exclure dans ce benchmark !!!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 28 novembre 2016 à 12h19 - #5Vincent Mignot (cBanque)

Bonjour Gr27.
Effectivement, ces seuils m'avaient échappé, merci du signalement. L'article a été mis à jour.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?