Transport, fintech et fiscalité : la Place de Paris se prépare à un éventuel Brexit

  • cBanque avec AFP
  • ,
La Défense Neuilly Hauts-de-Seine
La Défense vue de Neuilly - CC Tab59/Flickr

Six propositions destinées à promouvoir la place financière de Paris ont été formulées mercredi par l'association Paris Europlace, qui défend ses intérêts, et ses partenaires, à deux semaines du référendum sur le Brexit.

La première vise à « accélérer les infrastructures d'accueil et de transport » notamment via la mise en place de « l'ensemble des aménagements du Grand Paris, et la modernisation du réseau existant », explique Paris Europlace. L'attraction des talents à travers la création de deux nouveaux lycées internationaux dans Paris intra-muros est également mise en avant, poursuit-elle. Paris-Ile de France Capitale économique, organisme qui promeut la région Ile-de-France, est également associé à l'opération.

Les auteurs des propositions, parmi lesquels figurent aussi des entreprises internationales et de la nouvelle économie, des investisseurs et des gestionnaires de l'épargne, appellent par ailleurs de leurs vœux « une réglementation et une fiscalité plus compétitives ». Développer les Fintech et les incubateurs, optimiser les dispositifs de soutien à l'innovation et accélérer la promotion internationale de la place figurent parmi les autres propositions.

« Nous sommes tous profondément européens et attachés au maintien du Royaume-Uni dans l'Europe », a rappelé Gérard Mestrallet, Président de Paris Europlace, lors d'une rencontre au siège d'Euronext, l'opérateur boursier des places de Paris, Amsterdam, Lisbonne et Bruxelles. « Mais quel qu'en sera le résultat, ce référendum amène les grandes entreprises internationales, à Londres et New York notamment, à s'interroger sur le rééquilibrage de leurs activités et de leurs implantations vers la zone euro », a-t-il ajouté.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.