BforBank

DSP2 : « Le danger pour les banques vient de Google ou d'Apple, pas des FinTech »

Joan Burkovic (Bankin)
Joan Burkovic, CEO de Bankin' - DR

Huit ans après sa première mouture, la Directive européenne sur les services de paiement (DSP) va prochainement être révisée. Objectif de cette « DSP2 » : adapter le cadre réglementaire à l’émergence des FinTech, ces nouveaux acteurs non-bancaires qui innovent dans le domaine financier. Quels sont les enjeux de ce nouveau texte, critiqué par le secteur bancaire ? Nous avons posé la question à Joan Burkovic, fondateur du service de gestion de budget Bankin’ et porte-parole du regroupement des agrégateurs européens (AIS).

A propos de Bankin’, lire : L'appli qui rapproche vos comptes bancaires

En novembre 2007, le Parlement européen adoptait la première Directive sur les services de paiement, qui offre un cadre juridique au marché unique des paiements en Europe. Qu’est-ce qui, huit ans plus tard, rendait nécessaire une révision de ce texte ?

Joan Burkovic : « Pour le comprendre, il faut rappeler l’historique de cette révision. A l’origine, ce sont les banques allemandes qui ont alerté les régulateurs européens sur l’activité de Sofort (1), un service de paiement en ligne très utilisé outre-Rhin, qu’elles ne voyaient pas toujours d’un bon œil. Ce cas a convaincu les institutions européennes de la nécessité d’une révision de la DSP, afin de poser un cadre pour la multitude d’innovations apparues dans le secteur des paiements ces dernières années. Assez logiquement, le cas des agrégateurs de comptes bancaires, qui émergent aussi dans tous les pays, a été intégré à cette directive. »

Pourquoi, dans ce contexte, avez-vous ressenti le besoin de créer un regroupement européen des agrégateurs ?

J.B. : « Après son vote, début octobre, la DSP2 va nécessiter deux ans de travail pour définir les modalités, techniques notamment, de sa mise en œuvre. Nous souhaitons participer à ce travail, afin de proposer des solutions fluides, sécurisées et des règles harmonisées dans tous les pays. »

Cette directive a une conséquence : elle va légitimer l’existence des agrégateurs…

J.B. : « C’est exact, il s’agit d’un signal fort et on en sent déjà les effets sur notre marché. Le fait que Boursorama Banque rachète Fiduceo, la FinTech qui lui fournit ses outils d’agrégation de comptes et de gestion de budget, n’a rien d’un hasard. Cette directive est une formidable opportunité, à la fois pour les tiers de paiement et pour les agrégateurs. Le fait d’être régulé est très important, cela va nous permettre de renforcer la confiance des banques et des consommateurs à l’égard de nos services. »

Le secteur bancaire, notamment la Fédération bancaire française (FBF), est pourtant très critique sur certains aspects de cette DSP2. Il craint notamment de devoir payer pour assurer la sécurité de services tiers…

J.B. : « Mais les banques n’auront pas forcément d’infrastructures à construire, puisque nous avons déjà construit nos propres systèmes, qui fonctionnent et sont sécurisés. L’agrégation de comptes est déjà devenue un service de masse : il existe une vingtaine d’acteurs en Europe, qui comptent plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs. Nous répondons à un besoin fondamental, celui de gérer au mieux son argent. Les banques européennes ont au contraire tout intérêt à travailler avec nous, si elles veulent réduire le risque de se faire ''uberiser'' (2). »

Pourquoi cela ?

J.B. : « Car les banques bénéficient des innovations proposées par les agrégateurs. Nous les aidons à fournir un meilleur service à leurs clients et nous représentons un nouveau canal de distribution pour leurs produits. Le vrai danger pour elles vient des GAFA [acronyme formé avec les initiales de Google, Apple, Facebook et Amazon, NDLR]. Freiner l’innovation en Europe, c’est laisser le champ libre aux géants technologiques américains, qui ne laisseront pas passer un marché avec autant de valeur, et une satisfaction clients si faible, sans s’y intéresser. Pour les contrer, il faut améliorer le service rendu aux consommateurs grâce à l’innovation et favoriser la création de champions européens. »

(1) Sofort Banking est un service de paiement qui se connecte directement sur l’espace bancaire en ligne du consommateur et est capable de générer un virement SEPA afin de payer un e-commerçant.

(2) Néologisme formé à partir de la marque Uber, service américain de transport urbain qui met en relation des usagers et des conducteurs particuliers.

Partager cet article :

© cbanque.com / Propos recueillis par VM / Septembre 2015