Changement de banque : la FBF répond à l'UFC-Que Choisir

Relevé de compte
© ktasimar - Fotolia.com

La réponse des banques n’a pas tardé. Ce matin, l’UFC-Que Choisir a convoqué la presse pour lister les freins au changement de banque subsistant en France, et avancer ses propositions sur le sujet. Cet après-midi, c’est au tour de la Fédération bancaire française (FBF), l’association professionnelle représentative du secteur bancaire, de publier sa réponse.

Lire par ailleurs : Changer de banque : l'UFC-Que Choisir dénonce des freins persistants

Sans jamais citer l’UFC-Que Choisir, la FBF critique les propositions faites par l’association, qualifiées d’« inadaptées ». « La portabilité du numéro de compte, c'est-à-dire le fait de conserver le même numéro de compte tout au long de sa vie, n'existe dans aucun pays, car elle est incompatible avec les standards internationaux d'identification bancaire et de sécurité » explique l’association dans un communiqué publié sur son site internet. « Un système de ''numéro Alias'' [identifiant personnel unique, NDLR] poserait les mêmes difficultés (…). Quant à un système de redirection temporaire des prélèvements, il n'a pas eu d'impact sur le taux de mobilité bancaire aux Pays-Bas, où il a été mis en œuvre il y a 10 ans. Par ailleurs, le coût d'un tel dispositif serait disproportionné par rapport au bénéfice pour les consommateurs. Ce dispositif lancé au Royaume-Uni en septembre 2013 a coûté plus d'un milliard d'euros. »

Le service de mobilité bancaire connu des usagers

La FBF défend par ailleurs le service gratuit d’aide à la mobilité bancaire mis en place par les banques depuis 2009, jugé insuffisant par l’UFC-Que Choisir. « 6 Français sur 10 connaissent le service d'aide à la mobilité et savent que leur nouvelle banque peut les aider pour que les prélèvements et virements arrivent sur le nouveau compte », détaille la FBF, en s’appuyant sur un sondage Ifop de mai 2013. « Ce dispositif est largement accessible : selon un rapport de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) rendu public en novembre 2011, 98% des clients disposaient déjà d'un service d'aide à la mobilité. »

La FBF rappelle enfin que la loi consommation de mars 2014 (dite loi Hamon) a renforcé et inscrit dans la loi ce dispositif de mobilité. Sous réserve, évidemment, de la publication d’un décret en Conseil d’Etat toujours attendu sur le sujet.

Pour aller plus loin, consultez notre page consacrée aux mesures pour faciliter la mobilité bancaire.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Décembre 2014