Qu'est-ce que la gestion collective ?

  • Par Jean-Paul RAYMOND (Quantalys)
  • Tribune d'expert
Courbe financière
© Kenishirotie - Fotolia.com

La gestion collective consiste à investir une somme d'argent dans un portefeuille de valeurs mobilières détenu en commun avec d'autres investisseurs au travers d’un véhicule : le Fonds commun de placement (FCP) ou la Sicav.

Ce portefeuille est géré par un professionnel (la société de gestion) selon une stratégie d'investissement connue à l'avance par les investisseurs et qui est décrite dans le prospectus du fonds. Cette stratégie peut être simple (« je vais investir dans des actions de sociétés européennes ») ou plus complexe comme pour les fonds à performance absolue qui combinent titres vifs et produits dérivés afin de protéger l’investisseur des soubresauts du marché.

Pour l’investisseur non expert l’intérêt d’investir dans un fonds commun est double : accéder à des marchés difficiles d’accès en direct, tels que les marchés émergents ou les obligations haut rendement, et confier la gestion du portefeuille à un professionnel qui aura tous les outils en main afin d’apprécier la qualité des titres présents dans le portefeuille.

Un autre intérêt est de remédier à un problème souvent rencontré par les investisseurs non experts en diversifiant au maximum les valeurs en portefeuille afin de diminuer le plus possible le risque spécifique lié à chaque titre. Il est ainsi courant de voir des fonds constitués de plusieurs centaines de valeurs différentes, ce qui est difficilement reproductible par un investisseur particulier. Cette expertise a néanmoins un coût, c’est la raison pour laquelle la société de gestion applique des frais au fonds, des frais qui viennent impacter le rendement final du produit.

Valeur liquidative

Les sommes investies dans ces placements sont divisées en parts (pour les fonds) ou en actions (pour les Sicav). Chaque part ou action a une valeur liquidative (VL) qui est calculée, en général chaque jour, par l’organisme de valorisation en fonction de la valeur des titres composant le portefeuille.

C’est ce montant que l’investisseur devra dépenser pour acheter une part du fonds et qui lui sera versée quand il la revendra. C’est aussi cette valeur qui est utilisée pour construire l’historique du fonds à partir duquel sont déterminés les différents indicateurs financiers qui vont permettre de sélectionner, comparer et noter les différents produits disponibles.

Les fonds ont aussi un dernier avantage par rapport à la gestion directe : leurs bénéfices peuvent être en grande partie défiscalisés s’ils sont achetés dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie (on parle alors d’unités de comptes) ou d’un plan d’épargne entreprise. La proportion des fonds vendus à travers ce type d’enveloppe représente les 3/4 de l’ensemble des ventes de fonds en France et est en constante augmentation.

L’ensemble de la gestion collective en France représente plus de 1.400 milliards d’euros, répartis sur plus de 30.000 produits différents gérés par 500 sociétés de gestion.

Le point de vue de Quantalys

La valeur liquidative mise à part, il existe une autre valeur numérique importante à regarder, même si elle est moins mise en avant : la valeur de l’actif du fonds qui est la somme d’argent qui est investie dans le produit. Cette valeur peut être très variable et varier de quelques centaines de milliers à quelques dizaine de milliards d’euros pour les fonds les plus populaires.

S’il peut être imprudent d’investir dans un trop petit fonds, il est aussi souvent plus difficile pour l’équipe de gestion d’un très gros fonds de continuer à être très performant du fait de la masse de liquidité à placer.

L’analyse des variations des actifs (autrement appelée analyse de la collecte) permet par ailleurs de comprendre quels sont les gérants qui ont la faveur du public à un moment déterminé, mais aussi de voir quels sont les marchés considérés comme porteurs par les investisseurs.

En savoir plus sur le site d'analyse des fonds Quantalys

Partager cet article :

© Quantalys 2014