Innovation bancaire : quelles sont les tendances 2014 ?

Banque mobile
© bloomua - Fotolia.com

Pour la deuxième année, le cabinet Octo Technology publie sur son blog son panorama des innovations en banque de détail. L’occasion de faire un tour d’horizon des tendances 2014 dans le secteur des services bancaires et financiers.

Comme d’autres pans de l’économie avant elle, la banque est entrée dans un processus accéléré de digitalisation. Chaque mois, ou presque, voit ainsi l’émergence de nouveaux services (pas toujours issus du secteur bancaire d’ailleurs), de nouveaux usages et de nouvelles potentialités.

Dans son panorama 2014, conçu et rédigé par le consultant spécialisé Sylvain Fagnent, Octo tente de mettre en évidence ces tendances nouvelles, et de les apprécier en fonction de leur maturité et du gain d’usage qu’elles promettent aux clients des banques.

Retour en grâce pour le NFC

Le paiement mobile NFC revient de loin. L’an passé, Octo ne donnait en effet pas cher de sa peau. Sans réel gain d’usage par rapport à la carte bleue, pas assez sécurisé pour inspirer confiance au grand public, il avait tout de l’innovation mort-née, à l’image de Monéo il y a quelques années. Un an plus tard, la donne a changé. A force d’équiper à marche forcée leurs clients particuliers et commerçants, les banques ont réussi à imposer le logo NFC dans le paysage français. Surtout, deux géants, Google et Apple, dotés d’une redoutable puissance commerciale ont choisi de s’appuyer sur cette technologie pour Wallet et Pay, leurs services respectifs de paiement mobile.

Lire aussi : iPhone 6 : pourra-t-on un jour utiliser Apple Pay en France ?

Autre tendance dans le domaine des paiements : le « sans couture », qui permet de rendre l’acte de paiement invisible pour l’usager. PayPal expérimente par exemple Beacon, un dispositif qui permet de repérer, grâce à son mobile, la présence d’un client dans un point de vente et de lui facturer ses achats sans qu’il ait besoin de sortir un moyen de paiement.

Pour fonctionner, le paiement sans couture et le NFC mobile doivent par ailleurs s’appuyer sur des objets connectés. Le smartphone bien sûr, mais aussi les bracelets et prochainement les montres et les lunettes intelligentes. Plusieurs banques ont déjà commencé à réfléchir aux usages de ces objets : Hello bank a ainsi déjà lancé son application pour montres connectées. Et même une vénérable institution comme la Caisse d’Epargne exploite les caractéristiques des Google Glass dans une application destinée à faciliter les constats automobiles.

Le crowdfunding plus mature que le bitcoin

Certaines nouvelles tendances sont plus matures que d’autres. C’est le cas du crowdfunding, encadré en France depuis le 1er octobre. Conséquence : selon Octo, la finance participative est en passe de décoller, en particulier dans sa dimension « equity », qui permet aux particuliers de financer directement, et avec intérêts, des TPE/PME.

Le Bitcoin, lui, n’en est pas encore là. Comme l’explique Sylvain Fagnent dans son article, il « souffre (…) à ce stade d’un vide juridique et d’un manque d’acteurs de confiance qui le rend encore un peu hasardeux pour le grand public ». Pourtant, le Bitcoin est « très prometteur sur les apports clients et aussi très robuste d’un point de vue technologique », poursuit le consultant. Alors, rendez-vous en 2015 ?

Lire aussi : Bitcoin : quels usages au quotidien pour les monnaies virtuelles ?

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Octobre 2014