La banque allemande Commerzbank veut augmenter sa clientèle française de 15% par an

  • cBanque avec AFP
commerzbank frankfort
Commerzbank à Frankfort - CC Jürgen Stemper - Fllickr

Présente en France auprès de grandes entreprises, la banque allemande Commerzbank veut accroître sa clientèle de 15% chaque année en France, marché qu'elle juge « hautement stratégique du fait des liens économiques très étroits qu'elle entretient traditionnellement avec l'Allemagne », selon un communiqué diffusé jeudi.

La Commerzbank indique avoir atteint ses objectifs dans l'Hexagone pour 2013, en développant à la fois son activité avec des clients français et avec des entreprises allemandes en France. « Nous voulons continuer d'enregistrer une croissance annuelle de 15% de notre clientèle en France », a annoncé le directeur général du groupe pour la France, David Arlettaz, cité dans le communiqué.

La deuxième banque allemande dit compter aujourd'hui environ la moitié des 250 plus grandes entreprises françaises parmi ses clients, contre un tiers il y a 3 ans. « Nous avons pour objectif de devenir la banque principale d'un nombre encore plus important de clients français », explique David Arlettaz.

Une clientèle d'entreprises et d'institutionnels

« Les grandes entreprises françaises entretiennent d'étroites relations économiques avec l'Allemagne et la Pologne, nos deux principaux marchés bancaires. De plus, elles donnent accès à la croissance des pays émergents, notamment en Asie », estime-t-il. Commerzbank n'est présent en France que sur le marché des entreprises et des investisseurs institutionnels, pas sur celui des particuliers.

La banque mise également sur le développement en France des « Green bonds », des émissions obligataires « vertes » qui financent des projets liés aux énergies renouvelables et sur celui des « Schuldschein », placement privé de droit allemand. Parallèlement, Commerzbank a précisé jeudi avoir intensifié l'an dernier son accompagnement des PME allemandes sur le marché français.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.