psa

Orias : un dysfonctionnement informatique dans le renouvellement des immatriculations

  • Par
Ordinateur portable
© Minerva Studio - Fotolia.com

L’Orias, le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance, a subi un bug informatique dans la nuit de lundi à mardi. 18.000 courtiers ont été relancés par erreur, relève l’Argus de l’assurance.

18.000 courtiers en assurance, intermédiaires en opérations de banques et conseillers en investissements financiers ont reçu, par erreur, un mail dans la nuit du 24 au 25 février 2014 de la part de l’Orias (1) leur demandant certains papiers pour finaliser le renouvellement de leur inscription pour 2014. L’information est révélée par l’Argus de l’assurance qui évoque un « dysfonctionnement au niveau [du] dispositif de relance automatique » de l’Orias.  

Le message informe les professionnels concernés de l’expiration de leurs pièces justificatives au 28 février 2014. « Or, ces professionnels avaient déjà produit lesdites pièces pour la période à venir s’étalant du 1er mars 2014 au 28 février 2015 » précise le site d’information. Les 18.000 courtiers contactés n’ont donc aucune démarche particulière à effectuer pour renouveler leur inscription au registre unique.

« Afin d’informer et de rassurer les professionnels, nous mettons en place plusieurs actions concrètes : un mail personnalisé, une information spécifique adressée à l’ensemble des réseaux, entreprises d’assurances et organisations professionnelles et une communication sur le site orias.fr », a confié Grégoire Dupont, secrétaire général de l’Orias, à l’Argus de l’assurance.

(1) Association, sous tutelle de la Direction du Trésor, qui est chargée d’homologuer les intermédiaires en assurance, qu’ils soient courtiers, agents généraux ou mandataires. Depuis l’année dernière, son champ d’action s’est élargi aux intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements (IOBSP), ainsi qu’aux conseillers en investissements financiers (CIF) et agents liés de prestataires de services d’investissement (ALPSI).

Partager cet article :
Sabrina LEVACHER

© cbanque.com / SL / Février 2014