ING Direct : fusion des entités françaises pour accélérer le développement

  • cBanque avec AFP
Logo ING Direct
DR

Le bancassureur néerlandais ING a décidé de réunir dans une seule entité ses activités de banque de détail (ING Direct) et de banque de financement (ING Commercial Banking) en France pour accélérer son développement sur ce marché, ont annoncé mardi des dirigeants du groupe.

Effective depuis le 1er mai, cette réorganisation vise à « renforcer la présence du groupe sur le marché français avec une offre globale », selon un communiqué. Concrètement, elle devrait permettre de prêter davantage aux entreprises en mobilisant les sommes collectées en France, mais aussi de moins dépendre de la maison-mère pour l'apport de liquidités.

Cette réorganisation « va permettre d'utiliser l'argent déposé en France pour le réinvestir en France », a indiqué à la presse Benoît Legrand, directeur général d'ING Direct France qui va diriger cette nouvelle entité, baptisée ING en France. Ce rapprochement n'aura pas d'incidence sur les 600 employés d'ING en France et ne se traduira pas par des économies pour le groupe, a précisé M. Legrand. Les marques ING Direct et ING Commercial Banking continueront à être utilisées.

En revanche, ce rapprochement permettra à ING en France d'être autosuffisant et de réunir l'actif et le passif des filiales françaises, a indiqué Eli Leenaars, responsable de la banque de détail pour ING, ce qui va dans le sens des exigences réglementaires. Les activités allemandes et roumaines ont connu le même type de réorganisation.

Première banque en ligne en France et en Europe

Pour la banque de détail, ING est présent en France via sa banque en ligne ING Direct. Il revendique la première place de banquier en ligne du pays avec près de 900.000 clients et 15 milliards d'euros d'encours sous gestion. Initialement concentrée sur l'épargne, ING Direct a lancé un compte courant mi 2009 qui équipe désormais 175.000 de ses clients, selon M. Legrand.

« Nous pensons que le marché bancaire français se trouve face à un tournant crucial en matière de banque digitale et qu'il y a d'importantes opportunités à saisir », a-t-il estimé. Il juge que l'arrivée de nouveaux acteurs comme HelloBank (BNP Paribas) confirme cette tendance et légitime les acteurs déjà présents.

Sans vouloir donner de chiffres, il a indiqué qu'ING Direct en France était « rentable ». Eli Leenaars a de son côté reconnu que le marché français était encore modeste mais a indiqué miser sur son potentiel de croissance. Les dirigeants réfléchissent en outre à une formule de prêts aux particuliers pour la banque en ligne. « Quand le moment sera venu, on le fera », a affirmé M. Legrand.

ING Direct revendique aussi la place de leader de la banque en ligne en Europe avec 12 millions de clients.

Côté banque de financement et d'investissement, ING en France gère 10 milliards d'euros d'engagements, 2.000 clients à Paris dont 100 clients parmi les 200 premières entreprises françaises, selon le communiqué.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.