Déficit : le retour à 3% en 2013 sera « très difficile » (Cahuzac)

  • cBanque avec AFP
Jérome Cahuzac
© jerome-cahuzac.com

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a reconnu mercredi que ramener le déficit public à 3% du Produit intérieur brut en 2013 serait « très difficile », comme l'estime la Cour des Comptes dans son rapport annuel, mais il a réaffirmé que cet objectif était maintenu.

« Ce sera effectivement très difficile (ndlr, de revenir à 3%). La probabilité d'atteindre cet objectif s'est amenuisée au fur et à mesure que la croissance pâlissait, non seulement en France mais plus généralement dans la zone euro et dans le monde », a déclaré M. Cahuzac sur France Inter. « Pour autant, on en reste là », a-t-il ajouté.

M. Cahuzac a expliqué que « le 15 mars, le gouvernement français proposera un plan de stabilité, comme chaque année au Parlement, qui en débattra ». « Ce plan de stabilité sera ensuite transmis à la Commission européenne et nous verrons, à ce moment-là, s'il est nécessaire, opportun, indispensable de réviser un certain nombre de paramètres », a-t-il poursuivi.

Interrogé sur une éventuelle révision de la prévision de croissance pour 2013 à ce moment-là –la Cour des comptes estime que l'objectif de 0,8% est trop optimiste– M. Cahuzac a relevé que « la Cour des comptes dit qu'(elle) est très difficile à atteindre ». « Elle ne dit pas qu'(elle) est totalement inatteignable et surtout, la Cour des Comptes évoque (...) le considérable effort que le pays est en train de faire ».

De son côté, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a réitéré sa position. « J'ai déjà dit qu'à ce stade je maintenais les objectifs (de croissance), qu'il y avait un calendrier dans lequel je m'inscrivais, qu'il y avait une méthode qui était de ne pas ajouter l'austérité à l'austérité », a-t-il déclaré sur France Info. « Il faudra, comme la Cour des Comptes le dit, faire en sorte que ce soit sur la dépense publique que l'effort soit fait dans les temps qui viennent », a-t-il poursuivi.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.