Appel à la vigilance sur les placements proposés par la société Fairvesta

  • cBanque avec AFP
  • 5 commentaires
50 euros
© Gautier Willaume - Fotolia.com

L'Autorité des marchés financiers (AMF) attire l'attention du public jeudi sur les activités de la société allemande Fairvesta, qui commercialise des placements immobiliers en France, dont le rendement élevé promis est à la mesure des risques qu'ils comportent.

Fairvesta, dont le siège est à Tübingen (sud-ouest) et dont le site est wwww.fairvesta.de, propose des placements avec des perspectives de rendements élevées. L'AMF a indiqué avoir reçu de nombreuses questions de la part de particuliers et de professionnels sur cette société.

« Pas de rendement élevé sans risque élevé »

Dans un communiqué, le gendarme boursier remarque que les placements font l'objet d'une commercialisation très active en France « par des personnes tenant des discours parfois déséquilibrés au regard des risques en capital encourus » Or, ces produits ne relèvent pas de la réglementation applicable aux titres financiers et Fairvesta n'est pas habilitée à fournir des services d'investissement ou des conseils ni à démarcher.

En outre, les placements proposés « n'ont pas donné lieu à l'élaboration d'un document d'information visé ou revu par l'AMF », précise le gendarme boursier.

Au total, l'AMF rappelle de manière générale qu'il n'existe pas de rendement élevé sans risque élevé et recommande aux investisseurs l'adage suivant: « n'investissez que dans ce que vous comprenez ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

Commentaires

Publié le 22 juillet 2011 à 13h38 - #1Runout

Mef, mef, mef. Cette société est peu viable car on vous fait tourner la tête avec des rendements et faire partie d'un système moralement immonde. La société se dit acheteuse de l'immobilier des gens en détresse à 50 ou 70% de leur valeur. Cela veut dire que les vendeurs se retrouvent avec un bien immobilier en moins, plus un solde de dettes de 30%. Je suis allé à l'adresse de la société FAIRVESTA, mais je n'y ai trouvé qu'une boite aux lettres. Le restant de la société est ailleurs mais impossible de le savoir. Les gens de l'immeuble de la boite aux lettres savent, mais naturellement ils ne disent rien. Le doute au fond de moi à du coup été très très puissant. Les contrôleurs indiqués, excusez-moi, mais je n'y crois pas. On peut parfaitement faire intervenir un huissier de justice légalement en lui demandant une mission bien particulière et une fois la constatation faite, faire autre chose de l'argent. Rappelez-vous Marble Art Invest. De plus, si c'était un si bon filon qui valait le coup, Fairvesta ne ferait pas de publicité pour faire appel public à l'épargne, ils auraient tous les moyens pour profiter de leur soi-disant système et prospérer à vitesse grand V. Je vous le redit, il y a plein de questions sans réponse ou avec des belles réponses invérifiables. Par exemple, j'ai recherché les statuts de la société pour voir qui étaient les fondateurs, je n'ai pas trouvé, j'ai donc écrit à la société (en allemand) mais j'ai eu une réponse politique en allemand qui veut tout dire et rien dire en même temps, mais je n'ai pas eu la copie des statuts. Croyez-moi, votre épargne vous avez largement sué pour vous la constituer, ne tentez pas un coup de Poker avec une société qui existe sans exister (on ne sait pas trop).

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 22 juillet 2011 à 14h55 - #2Peggy

Moi j'avais pensé investir, mais j'ai voulu me renseigner sur l'année de création de la société. Sur différents forums, j'ai obtenu 3 années différentes : 2002, 2005 et 2008. Laquelle est juste ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 24 juillet 2011 à 14h22 - #3guiguoz

Moi j'ai une question fondamental, puisque Fairvesta est une société en participation, elle n'a pas la personnalité juridique. Si c'est le cas, comment faire si les choses tournent mal, la société n'est pas reconnue juridiquement.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 25 août 2011 à 15h54 - #4adminfv

Communiqué


Tübingen, le 24.08.2011


Position de fairvesta quant au communiqué de l’AMF du 21 juillet 2011.


Nous validons intégralement les précisions générales de l’AMF concernant fairvesta et confirmons l’importance d’une information détaillée vis-à-vis de l’investisseur avant la conclusion d’un placement en capital. Aucun investissement ne devrait être entrepris si certains renseignements sont indisponibles dans la langue de l’investisseur. Lors de chaque placement en capital ou investissements immobiliers, il convient d’apprécier les opportunités et les risques ainsi que de veiller à une diversification suffisante de son patrimoine. L’émetteur, tout comme l’ensemble du réseau de distribution, se doit de respecter les lois qui lui sont applicables.

Les différentes possibilités d’investissement de fairvesta sont soumises à différentes règlementations et nécessitent des conditions particulières de distribution. Il convient de distinguer :

- Les investissements directs en immobilier ou dans des sociétés immobilières, telles que Mercatus, Lumis ou Chronos, qui sont soumis à la loi HOGUET comme l’a confirmé expressément le Ministère de la Justice. C’est pourquoi de tels investissements peuvent être proposés et distribués uniquement par des agents immobiliers agréés. Mercatus, Chronos et Lumis ne sont pas des instruments financiers au sens traditionnel, raison pour laquelle il n’existe pas pour ces derniers de documents d’information visés par l’AMF. Ceci ne change rien au fait que chaque prospectus émis par fairvesta soit validé par la BAFIN (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht), autorité régulatrice des marchés financiers en Allemagne, et ce avec succès depuis plus de 9 ans.

- Les investissements indirects, tels que les emprunts obligataires fairvesta Maximus émis par fairvesta Europe SA Liechtenstein, qui ne peuvent être conseillés que par des intermédiaires financiers agréés par l'AMF. La distribution des obligations fairvesta Maximus n’est autorisée qu’au Liechtenstein, en Autriche, en Italie, en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg, aux Pays Bas et en France et sont enregistrés auprès de leur autorité financière respective. Voir :
[lien bloqué]
Les produits de fairvesta Maximus sont soumis à un contrôle des autorités des marchés financiers de la FMA (Finanzmarktaufsicht) du Liechtenstein, l’équivalent de l’AMF en France.
Pour plus d’informations : [lien bloqué]

Même si les différents produits proposés par fairvesta ont incontestablement démontré leur succès par le passé (exemple : fairvesta II, a, sur la période de 2005 à 2010, rapporté aux investisseurs un taux de rentabilité de 12,37% par an), il n’existe pas de garanties sur les rendements futurs, et il en est ainsi pour beaucoup d’autres produits. Les chances de gain ont toujours pour contrepartie des risques de perte.
fairvesta s’attache à respecter toutes les directives européennes sur la protection des consommateurs ainsi que la règlementation française du droit de la consommation, et tout particulièrement les règles de transparence.

Les intermédiaires financiers et les agents immobiliers, agréés en France par fairvesta bénéficient de formations initiales et continues par notre propre académie à Tübingen en Allemagne.
Lors de ces formations, les risques des placements et les dispositions légales concernant la distribution sont expressément indiqués. En tant que centre de formation reconnu travaillant en partenariat avec l’école supérieure d’Etat de Mannheim, fairvesta attache énormément d’importance à la qualification du réseau commercial.

Il est important de souligner que fairvesta ne pratique pas de marketing actif et que les intermédiaires agréés ne sont pas autorisés à faire de la publicité pour fairvesta ; ils ne peuvent proposer les produits fairvesta que dans le cadre d’une consultation globale à une clientèle choisie. fairvesta prend ses distances avec toute déclaration publicitaire des intermédiaires, inscription sur internet ou autre déclaration, sauf si celles?ci font partie des documentations officielles publiées. Aucun intermédiaire n’est autorisé, de sa propre initiative et quelle que soit la manière utilisée, à démarcher pour fairvesta, ou à proposer de manière active des produits ou des investissements immobiliers de fairvesta.

fairvesta voue une grande importance à ce que puissent investir uniquement des personnes conscientes des risques, des opportunités et surtout ayant compris les produits fairvesta. En tant qu’investisseur, vous devez être convaincu du sérieux de l’intermédiaire et de l’agrément de celui?ci lui permettant de proposer de tels produits.
Il va de soi que chaque investisseur doit recevoir toute la documentation en temps en temps utile, soit plusieurs jours avant la réalisation de l’investissement, et dans sa propre langue, pour que celui?ci puisse également s’informer de son propre coté. Si fairvesta est informé qu’un intermédiaire ne respecte pas les instructions, nous prendrons immédiatement les sanctions adéquates à l'égard du partenaire de distribution. Le groupe fairvesta se positionne en Allemagne comme l’un des groupes immobiliers ayant le plus de succès avec plus de 400 millions d’Euros de biens immobiliers sans dettes et exempts de charges.

Pour plus d’informations : info@fairvesta.de


fairvesta International GmbH

Publié le 21 octobre 2011 à 01h39 - #5Daphne

Je viens de participer à une réunion d'informations organisée par Fairvesta (et non par un intermédiaire agréé). Il y a été dit que les investissements proposés alliaient haut rendement et sécurité. On y a énormément répété le fameux taux de 12,37%, alors que ce dernier a été obtenu du fait de circonstances exceptionnelles (rachat de la totalité du fonds immobilier par un tiers). A aucun moment, l'administrateur de Fairvesta n'a évoqué l'exposition du capital. Au moment du questions-réponses, un auditeur a évoqué le risque de déflation (immobilière). L'animateur a répondu par une belle pirouette arithmétique, selon laquelle le risque de perte en capital était impossible. Durant tout l'exposé, il y avait quelques incohérences décelables. Par exemple, les statistiques énoncées verbalement (telles que la durée de conservation des biens immobiliers) étaient différentes de celles sur les notices d'information écrites. Je relève aussi que l'animateur a écourté savamment la session des questions-réponses. Les intermédiaires ont ensuite discuté individuellement avec les auditeurs présents autour d'un cocktail (cocktail haut de gamme et excellent).
Il est possible que ce placement soit relativement peu risqué (je ne suis pas suffisamment qualifié pour avoir une opinion valable). En revanche, il me parait certain que la communication est falsifiée pour inciter les particuliers à y placer leur argent. Bref, cela n'inspire pas confiance.