Administration de biens: l'ARC s'inquiète de l'avenir de la Sagim

  • cBanque avec AFP
  • 4 commentaires
concierge
CC Paysages du temps/Flickr

L'association des responsables de copropriété (ARC) s'est inquiétée mercredi de l'avenir de l'admnistrateur de biens Sagim, placé en redressement judiciaire, qui gère notamment Grigny 2 (Essonne), la plus importante copropriété en France avec plusieurs milliers de logements.

« La Sagim pourra être mise en liquidation judiciaire dans les semaines ou les mois qui viennent », affirme, dans un communiqué, l'ARC, qui s'interroge sur « la probabilité pour les copropriétaires de retrouver 100% » de leur dépôt chez cet admnistrateur de biens.

L'ARC affirme que la Sagim fait partie « des 121 sociétés » d'Urbania, numéro 3 du secteur de l'admnistration de biens en France, que la société d'investissement française IPE (Investors in Private Equity) n'a pas reprise suite à un jugement du tribunal de commerce de Nanterre qui lui avait attribué la reprise de 105 agences immobilières et d'amnistrations de biens.

Interrogé par l'AFP, Philippe Nguyen, le président d'IPE, a répondu que la majorité de ces sociétés étaient des « coquilles vides, sans salariés », qui n'avaient pas vocation à être reprises par son groupe, et qu'« à sa connaisssance », la Sagim « n'avait jamais fait partie du réseau Urbania ».

Le projet de loi sur les syndics et administrateurs de biens, déjà retardé plusieurs fois, ne sera finalement pas présenté au Parlement avant 2011 malgré les assurances plusieurs fois repétées du ministère de la Justice qu'il serait soumis au Conseil des ministres avant la fin 2010.

Partager cet article :

Reproduction interdite.

Commentaires

Publié le 23 décembre 2010 à 08h31 - #1ISA

La SAGIM n'est pas en redressement judiciaire mais sous administrateur provisoire - ce n'est pas du tout la même chose - elle n'est pas en état de cessation des paiements. Par ailleurs, tous les syndicats gérés par la SAGIM ont des comptes séparés, donc il n'y a pas d'inquiètude à avoir.

Publié le 27 décembre 2010 à 10h02 - #3mika

je travaille chez URBANIA et ce qui m'inquiète par dessus tout c'est surtout la propension de l'arc (qui ne mérite pas les majuscules)à semer la terreur et la suspiscion dans toutes ses déclarations concernant URBANIA notamment.
Dans un climat de reprise qui reste tendu il semble que cette société fasse tout pour empecher le redressement d'URBANIA. J'aimerais rappeller aux inconscients qui composent l'arc que leur attitude exagérée peut mettre potentiellement en péril les quelques 1800 emplois de notre société.Je ne peux admettre leur déclarations (pour certaines totalement éronées et pour les autres totalement déformées) sur le simple fondement de l'information et de la défense des copropriétaires.

Publié le 27 décembre 2010 à 12h40 - #4polo

A partir du moment ou il y a des comptes séparés, il n'y a aucune inquiétude à avoir, j'en ai fait l'expérience, aujourd'hui je suis chez un syndic (GIEP) et j'ai également des comptes séparés, c'est pour moi un avantage primordiale sur lequel je ne fais plus l'impasse. Concernant l'arc effectivement certains copropriétaires exagèrent leurs faits et vont trop loin, malheureusement il n'y a pas d'arbitrage de la part de l'arc entre les copropriétaires et les syndics.

Publié le 19 avril 2011 à 02h11 - #5podoxime

Comptes séparés ? Il a été découvert que Sagim ait effectué des virements du compte de la copropriété vers son compte bancaire et vers un autre syndic.
Il a été reconnu par l'administration judiciaire de Sagim que ces virements sont illegaux. Cela représente 9 millions d'euros en 2 ans.

Apparemment, ces versements auraient permis à combler la trésorerie de Sagim.