Epargne : les comptes courants font mieux que les livrets en 2017

Relevé de compte, frais et calculatrice
© mantinov - Fotolia.com

Depuis le début de l’année, les Français ont continué à préférer les dépôts sur leurs comptes courants aux placements sur des livrets d’épargne ou des assurances-vie. Mais la tendance, au 2e trimestre, est au rééquilibrage.

Echaudés par la crise financière, démotivés par les taux bas, en attente d’opportunité de placements, les Français ont fait des dépôts à vue un placement à la mode depuis 2014. Cet attentisme a atteint un sommet au 1er trimestre 2017, lorsqu’ils ont laissé plus de 19 milliards d’euros supplémentaires sur leurs comptes courants, selon la Banque de France (1).

Logiquement, sur les 6 premiers mois de l'année, ce sont également les dépôts à vue qui ont capté le principal flux d’épargne : 25 milliards d’euros à la fin juin. Soit précisément deux fois plus que les livrets d’épargne et les CEL : 12,5 milliards d’euros en 6 mois.

Rééquilibrage

Ces collectes, toutefois, se sont largement rééquilibrés au 2e trimestre. Selon les chiffres encore provisoires de la Banque de France, les dépôts à vue ont capté sur la période un peu moins de 6 milliards d’euros, un milliard de moins que les livrets d’épargne et les CEL (près de 7 milliards). Un retournement qui constitue un petit événement, et qui confirme le renouveau entamé fin 2016 des livrets fiscalisés, malgré des rendements toujours historiquement bas.

A consulter : les taux indicateurs des livrets bancaires

L’assurance-vie relève la tête

Dans un contexte de ralentissement global des flux financiers vers les comptes, l’assurance-vie relève également la tête. Le placement star (1 600 milliards d’euros d’encours pour les seuls supports en euros) a connu un premier trimestre difficile, avec un flux négatif sur les fonds euros (-1,2 milliard) et ralenti sur les unités de compte (3 milliard). Cela va mieux au 2e trimestre : +1,7 milliard pour les premiers, +4,9 milliards pour les secondes.

Un constat qui vaut également pour le Plan Epargne Logement (PEL). Là encore, un chouchou des Français (281 milliards d’euros d’encours) en repli en début d’année (0,8 milliard au 1er trimestre) mais qui va mieux depuis, avec un collecte positive de 3,1 milliards de flux au 2e trimestre.

Le taux d’épargne stable en France

Au 1er trimestre, le taux d’épargne des Français est resté stable par rapport à 2016, à 14% du revenu disponible brut. La France reste 2e en Europe sur ce critère. Mais l’écart se creuse un peu avec l’Allemagne, n°1, où ce taux progresse. et dépasse les 17%. A l’inverse, il chute encore en Grande-Bretagne où il s’approche des 4%.

(1) « Epargne et Patrimoine des ménages 1er et 2e trimestre 2017 », publié le 2 aôut 2017. Les chiffres du 2e trimestre sont encore provisoires. La notion de ménage recouvre ici les particuliers, les entrepreneurs individuels et les institutions sans but lucratif au service des ménages.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Août 2017