Faut-il prendre son crédit chez Ikea, Darty et autres magasins ?

Travées d'un entrepôt Ikea
© Stig Alenas - Fotolia.com

Vous voulez changer de télévision, de canapé ou de cuisine, et vous vous demandez comment le financer. Faut-il mieux prendre un crédit directement dans le magasin, ou opter pour un prêt personnel souscrit dans une banque ? Les différentes alternatives.

Vous vous baladez dans les travées d’un grand magasin, de meubles ou d’électronique, et soudain vous tombez sur le canapé, la télévision ou la cuisine de vos rêves. Grandit alors la tentation d’un achat « coup de cœur », mais le solde disponible de votre compte-chèque, ou de votre autorisation de découvert, ne suffisent pas à couvrir l’achat. Il vous faut alors soit renoncer, soit vous tourner vers un crédit, notamment celui proposé directement sur le lieu de vente.

Le « crédit affecté », pour les gros achats

La suite dépendra du montant de votre achat. S’il atteint plusieurs milliers d’euros, le prêteur du magasin vous proposera certainement un « crédit accessoire à une vente », plus communément désigné sous l’expression « crédit affecté ».

Le crédit affecté est un prêt à la consommation, dont le montant, la durée et le montant des échéances sont connus à l’avance. Sa particularité : il est lié contractuellement à l’achat effectué. Ainsi, dans le cas où le crédit vous est refusé, la vente est automatiquement annulée et vous n’avez donc rien à payer. En cas de versement d’un acompte, le vendeur doit vous rembourser.

Plus d'information sur le crédit affecté

Combien vous coûtera ce type de prêt ? Tout dépend bien sûr du distributeur, du montant de l’achat et de la durée de remboursement. Le produit est rarement mis en avant sur les sites web des enseignes de la grande distribution, mais Conforama présente toutefois l’exemple d’un crédit accessoire à une vente de 250 euros, remboursables sur 5 mois, au TAEG fixe de 11,02%. Son coût sur le long terme sera le plus souvent moins important qu'un crédit renouvelable. Il est donc à privilégier pour financer des achats précis, surtout pour des montants de plusieurs milliers d’euros.

Le crédit renouvelable, pour les petits montants

Pour des achats de petits montants, les enseignes de la grande distribution préfèreront en revanche vous faire souscrire une carte de crédit et de fidélité rattachée à un crédit renouvelable pour financer votre achat. En particulier s’il est d’un coût inférieur à 1 000 euros, seuil en dessous duquel elles n’ont pas l’obligation de vous proposer une alternative en crédit classique. Ce sont d’ailleurs ces produits que les grands distributeurs mettent volontiers en avant sur leurs sites web. Par Darty, par exemple, avec la « carte connectée Visa » avec crédit renouvelable Crédit Agricole Consumer Finance), par Boulanger (Carte B+ avec crédit renouvelable Oney) ou encore par Ikea (carte Family avec crédit renouvelable Cetelem).

Rappel : le crédit renouvelable est une « réserve d'argent » d’un montant fixé à l’avance, ouverte par un établissement financier et sur laquelle vous êtes autorisé à « piocher » en fonction de vos besoins. A chaque mensualité, vous remboursez des intérêts et du capital, qui reconstitue cette réserve de crédit.

Plus d'informations sur le crédit renouvelable

Souvent associé au surendettement, le crédit renouvelable a plutôt mauvaise presse. Toutefois, la réglementation a été durcie ces dernières années et le produit a tendance à se recentrer sur son usage premier : celui d’un outil de gestion budgétaire.

Des cartes de crédit renouvelable pratiques mais coûteuses

Ces cartes de crédit présentent certains attraits. Pour l’enseigne de grande distribution, elles sont un vecteur de fidélisation. Pour le consommateur, elles ont le mérite de la simplicité et de la souplesse. Elles permettent parfois ponctuellement d’accéder à des facilités de paiement gratuites. Le géant suédois du meuble, par exemple, propose aux porteurs de sa carte de payer en 10 fois sans frais, jusqu’au 31 août.

La contrepartie, c’est que l'utilisation du crédit renouvelable rattaché est souvent onéreux. Boulanger, par exemple, présente sur son site une simulation d’utilisation de 500 euros, remboursable en 31 mois. Coût du crédit hors assurances : 130,11 euros, soit un TAEG de 20,27%. Soit tout près du taux d’usure (1) actuel, fixé à 20,60% pour cette catégorie de crédit.

Il faut toutefois relativiser ce coût : il peut être considéré acceptable pour le service rendu, à partir du moment où le crédit renouvelable est utilisé avec précaution, c'est-à-dire pour des petites sommes et sur des durées de remboursement courtes.

Privilégier un prêt personnel en amont de l’achat

Il existe une autre alternative au crédit affecté et au crédit renouvelable : le prêt à la consommation classique. Ce prêt personnel non affecté n’est pas lié à un achat spécifique. Comme pour un crédit renouvelable, l’emprunteur est donc libre de l'utilisation qu’il fera de l’argent prêté.

Problème : ce type de prêt n’est pas proposé sur le lieu de vente. Et aucune banque n’est aujourd’hui capable de délivrer, à distance (par exemple sur smartphone), un prêt personnel immédiatement crédité sur le compte de son client. Certaines (Orange Bank notamment) ont toutefois comme projet de réussir cette prouesse, mais il faudra encore patienter.

Heureusement, dans la plupart des cas, changer de télé, de canapé ou de cuisine est un acte prémédité. Il est alors possible de préparer son achat et de faire jouer la concurrence, en s’adressant à sa banque puis en comparant les offres des organismes spécialisés de crédit.

Voir sur cBanque : les offres de prêts personnels

Boursorama Banque se place sur le crédit renouvelable

Le crédit renouvelable n’est plus l’apanage des sociétés de crédit spécialisées et des banque de réseaux. Dans un récent communiqué consacré aux dépenses imprévues de l’été, Boursorama Banque annonce que son offre intègre désormais, à côté du découvert et du prêt personnel, le crédit renouvelable proposé en collaboration avec Franfinance, autre filiale de la Société Générale.

(1) Taux annuel effectif global (TAEG) maximal auquel un prêt peut être accordé, en fonction de sa catégorie. Plus d'info sur le taux de l'usure.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM avec Frédéric VERGNE / Juillet 2017