Placements bancaires : le PEL marque le pas

Une calculatrice et une maison
© Constantinos - Fotolia.com

Pour le Plan épargne logement, le mois d’août 2016 restera comme un tournant. Avec la baisse de son taux contractuel à la mi-2016, le PEL a vu sa dynamique de collecte s’essouffler, au point de rentrer dans le rang en 2017.

En moyenne, en avril, les PEL existants rapportent 2,73% à leurs détenteurs. Un rendement extrêmement élevé pour un produit d’épargne à taux garanti. Mais seuls les épargnants ayant ouvert un plan voici de nombreuses années bénéficient d’une rémunération aussi élevée. Depuis le 1er août dernier, l’ouverture d’un PEL garantit uniquement une rémunération de 1% pendant toute la durée de vie du plan.

Lire aussi le dossier sur le PEL 2016

Cette dernière baisse du taux de rémunération du PEL semble avoir définitivement freiné la belle dynamique de collecte du Plan épargne logement. A la fête en 2014, pendant toute l’année 2015 et encore lors du premier semestre 2016, le PEL n’enregistre désormais plus aucune collecte nette approchant le milliard d’euros, cas particuliers de janvier et décembre mis à part. Or, depuis 2014, dépasser le milliard d’euros chaque mois était devenu la norme.

En avril, dernière collecte nette connue, le Plan épargne logement a enregistré un flux positif de 458 millions d’euros selon les statistiques publiés vendredi dernier par la Banque de France. Sur les quatre premiers mois de l’année, la collecte nette globale dépasse à peine les 3 milliards d’euros. A titre de comparaison, à la même période en 2016, le PEL avait déjà engrangé 7,7 milliards d’euros. Il faut remonter à 2013 pour trouver trace d’un début d’année aussi « faible » (802 millions d’euros) pour le Plan épargne logement. L’année 2017 marque clairement la fin d’une période dorée pour ce produit spécialisé.

Les livrets classiques en forte hausse, le LEP décroche

Outre le Livret A, qui a déjà drainé plus de 7 milliards d’euros de collecte nette entre janvier et avril, un autre placement bancaire affiche une santé éclatante : les livrets bancaires classiques, soumis à l’impôt. En quatre mois, leur collecte nette cumulée dépasse les 11 milliards d’euros ! En revanche, le Livret d’épargne populaire (LEP), qui est par définition destiné à un public plus modeste, enchaîne les décollectes : -527 millions d’euros sur le seul mois d’avril, -817 millions depuis le début de l’année.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Juin 2017