Les pros mûrs pour les alternatives aux banques traditionnelles

Un homme sur son PC
© bernardbodo - Fotolia.com

Une récente étude met en évidence un taux d’insatisfaction particulièrement élevé des entrepreneurs et dirigeants de petites entreprises à l’égard des services fournis par les banques traditionnelles. Certaines néobanques lorgnent justement ce marché.

Et si le marché le plus prometteur pour les néobanques, ces start-ups qui se présentent comme des alternatives aux banques, ne se trouvait pas du côté des particuliers, mais plutôt des professionnels ? C’est en tout cas l’intuition d’un acteur comme Anytime qui, après avoir ciblé Monsieur Tout Le Monde, a entièrement revu son offre pour mieux s’adresser aux TPE et aux travailleurs individuels.

Lire aussi : Compte sans banque : pourquoi Anytime s'intéresse aux professionnels

Une récente étude (1) semble confirmer la pertinence de cette stratégie. Qonto, une fintech qui s’apprête à lancer une néobanque dédiée aux startups, est allé interroger 250 chefs d'entreprise, dirigeants et entrepreneurs pour sonder leurs attentes en matière de services bancaires. Verdict : ils « veulent autre chose que ce que les banques traditionnelles leurs offrent aujourd'hui », ont constaté Alexandre Prot et Steve Anavi, co-fondateurs de Qonto.

80% d’insatisfaits

Près d’un sondé sur 2 (44%) estime ainsi que l’offre des banques traditionnelles (outils, tarifs, services) n’est « pas du tout » adaptée aux besoins des petites entreprises. Si on additionne les 36% qui considèrent que cette offre n’est « pas vraiment » adaptée, ce sont 80% des entrepreneurs, dirigeants ou chefs d'entreprises qui semblent mûrs pour succomber à des offres alternatives.

Principale attente, citée en premier par 45% des sondés : de meilleurs outils web et mobile, pour éviter d’avoir à se déplacer en agence ou d’envoyer des courriers papiers, donc pour gagner du temps. Mais les pros attendent aussi une « tarification plus transparente » (27%) et un « service client plus réactif » (4%). Des besoins finalement pas si éloignés de ceux des particuliers, mais que les banques traditionnelles ont tout autant de mal à satisfaire.

(1) Enquête réalisée par emailing du 30 janvier au 7 février 2017. Profil des entreprises : 29% de sociétés dans le secteur informatique et internet (agences web, startups, etc.), 25% de sociétés de service et de conseil, 3% d'e-commerçants, 43% de sociétés diverses ou autres.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Février 2017

Réagir à cet article

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire