Assurance-vie en ligne : quel rapport de force entre banques et courtiers ?

  • Par
Médailles
© alswart - Fotolia.com

Au début des années 2000, une nouvelle génération d'assurance-vie est apparue : des contrats à frais réduits commercialisés directement sur internet. Ce secteur, encore mouvant et en développement, pèse désormais près de 20 milliards d’euros. Qui se taille la part du lion ? Etat des lieux.

80.000 à 100.000 contrats d’assurance-vie souscrits auprès des banques et courtiers en ligne en 2016. Pour un marché pesant « 17 à 20 milliards d’euros » d’encours, au total, selon une estimation livrée par Fortuneo. Certes, à côté des 1.632 milliards d’euros de l’assurance-vie, au global, en France, le marché de l’épargne en ligne reste une goutte d’eau. Mais avec des collectes en progression constante et un foisonnement d’acteurs non négligeable. En 2015 et 2016, pas moins de sept plateformes d’assurance-vie en ligne ont lancé leur premier contrat.

Banque en ligne : un trio Fortuneo, ING Direct, Boursorama

Si de nombreux courtiers tentent de se faire une place au soleil sur ce marché en développement, ils ne peuvent rivaliser avec les banques en ligne. S’adressant à un public plus large, moins « boursicoteur » ou patrimonial, les banques en ligne démocratisent le produit et surclassent la concurrence. BforBank et Monabanq n’ont pas souhaité dévoiler le montant des encours déposés sur leurs assurances-vie. Mais les informations soufflées par les assureurs ne laissent guère de place au doute : Boursorama, ING Direct et Fortuneo trustent le podium des plus gros distributeurs d’assurance-vie en ligne.

En septembre dernier, Fortuneo se voyait « leader de l’assurance-vie en ligne ». Mais la filiale du Crédit Mutuel Arkéa ne communique qu’une fourchette indicative (« 25% à 30% de part de marché »), qui le situerait juste devant ING Direct et Boursorama. Ce dernier n’a pour sa part pas livré de statistiques à fin 2016. ING Direct, de son côté, annonce un encours en progression de 12% sur l’année 2016. L’assureur de ces deux banques en ligne, Generali, confiait déjà l'an passé que le match était « très serré entre les deux ».

Banque en ligneEncours à la fin 2016Contrats d’assurance-vieAssureurLancement du contrat
Fortuneo4,25 à 6 milliards d’eurosNon communiqué (NC)Suravenir2001
ING Direct4,1 milliards d’euros120.000Generali2004
Boursorama3,9 milliards d’euros *NCGenerali2004
BforBankNC« Progression de 30% en 2016 »Spirica2009
MonabanqNCNCGenerali2008
* Statistiques à fin 2015, les données 2016 étant attendues pour la fin février 2017

Lire aussi : Qui est le vrai leader de la banque en ligne en France ?

Courtiers en ligne : la prime aux précurseurs

Derrière les mastodontes que représentent les banques en ligne, à l’échelle de ce marché, plus d’une vingtaine de courtiers distribuent des contrats à frais réduits. Parmi eux, une douzaine ont accepté de livrer des statistiques, parfois partielles. Là encore, trois acteurs se détachent nettement de la concurrence : Altaprofits, Linxea et Mes-placements. Logique : ils font partie des précurseurs.

Altaprofits a vu le jour fin 1999, avant de lancer son premier contrat en 2000, avec Generali. Le courtier se revendique ainsi fièrement « créateur de l'assurance-vie en ligne sans frais d'entrée en France », en important alors « un concept américain ». Derrière, Linxea dépasse Mes-placements d’une courte tête. Toutefois, le poids des deux courtiers sur le marché de l’épargne en ligne se vaut : en prenant en compte l'ensemble des produits distribués, assurance-vie, Perp ou PEA assurance, les encours seraient quasi équivalents.

Courtier en ligneEncours à la fin 2016 (en euros)Clients assurance-vieCollecte 2016Lancement du premier contrat
Altaprofits1,5 milliard35.000 contratsNC2000
LinxeaPlus d’un milliard25.000 clients175 millions d’euros pour 4.000 souscriptions2005
Mes-placements850 millions25.000 clients143 millions d’euros pour 2.625 souscriptions2005
MonFinancier342 millions7.688 clients96,3 millions d’euros2007
Hedios280 millions6.700 clients40 millions d’euros, pour 350 souscriptions2006
Placement Direct176 millions3.814 clients19 millions d’euros2004
Tous les placements ¹100 millions ²1.800 clients15 millions d’euros2013
Patrimea70 millions2.400 clients25 millions
d’euros ²
2010
E-patrimoine33 millions1.000 clients7 millions d’euros2008
Asac-Fapès (pour Solid’R Vie)30,6 millionsNC1,8 million d’euros2007
Epargnissimo20 millionsPlus de 1.000 clients350 nouveaux contrats2009
Yomoni11,7 millions ²2.000 clients11 millions
d’euros ²
2015
AdvizeNC7.000 « utilisateurs »+136% « utilisateurs »2012
¹ Courtier web proposant des contrats patrimoniaux « classiques », avec frais de versement négociés.
² Assurance-vie et autres produits
Source : déclarations des plateformes

Ce paysage n'a rien d'immuable. Ainsi Yomoni apparaît en bas de tableau mais le « petit dernier » a réalisé « le meilleur démarrage » du marché de l’épargne en ligne, sur les dix dernières années, selon Bernard Le Bras, président du directoire de Suravenir [NDLR : la maison-mère de Suravenir, le Crédit Mutuel Arkéa, est également actionnaire du courtier]. Fortuneo mis à part, le robo-advisor Yomoni serait le deuxième partenaire de Suravenir en 2016 en termes de nouvelles souscriptions. De quoi lui promettre une meilleure place dès 2017…

Cet état des lieux cache en outre des positionnements parfois très différents. Certaines plateformes proposent simplement un catalogue de contrats. D’autres ont suffisamment de poids pour négocier avec les assureurs et personnaliser leurs contrats sur le mode de gestion, le niveau de frais, le nombre de supports en unités de compte (UC), etc. Ou en développant une plateforme personnalisée de gestion en ligne, plutôt que de se reposer uniquement sur l’interface fournie par l’assureur.

Lire aussi : Quels contrats peut-on gérer 100% en ligne ?

Des nouveaux entrants aux profils très variés

Une dizaine de courtiers n’ont donc pas souhaité nous communiquer leurs statistiques. Parmi eux, deux acteurs confirmés sur ce marché (Bourse Direct et Assurancevie.com) mais surtout une kyrielle de projets naissants, en développement, ou trop récents pour disposer de chiffres significatifs.

Ces nouveaux entrants illustrent là encore la diversité du marché de l’épargne en ligne. Entre WeSave qui base son offre sur les trackers, comme Yomoni, mais en proposant du conseil patrimonial personnalisé ; le dernier-né Grisbee dont l’originalité n’est pas le contrat mais l’outil de « coaching financier » préalable à la souscription ; ou encore les Comptoirs du patrimoine, poids lourd parmi les distributeurs du contrat associatif Afer mais qui diversifie son offre avec l’assurance-vie en ligne Réplique.

Courtiers en ligneLancement du
premier contrat
Assureurs
Bourse Direct2006Apicil
Assurancevie.com2010Generali, Suravenir et Aviva
Mon conseiller patrimoine2012Generali, Apicil
MonProjetRetraite2013Suravenir
MonCapital2015Suravenir
Ethic Vie2015Suravenir
Comptoirs du patrimoine (pour Réplique)2015Generali
Marie Quantier2016Suravenir
WeSave2016Suravenir
Grisbee2016Suravenir

Un marché dominé par une poignée d’assureurs

Une trentaine de distributeurs, au total, mais des assureurs qui se comptent presque sur les doigts d’une main. S’ils se veulent discrets sur le nombre d'assurés, le poids des banques en ligne laisse peu de place au doute : Generali et Suravenir accaparent une très large majorité du marché de l’assurance-vie à frais réduits. Generali étant le plus souvent présenté comme le leader devant Suravenir, un challenger en forte progression, le plus actif en termes de nouveaux partenaires et qui affiche des rémunérations plus élevées sur ses fonds en euros.

Derrière ? Sans contestation possible, la filiale de Crédit Agricole assurances Spirica s’installe sur le podium. Difficile, en revanche, de départager Swiss Life, Apicil, et le dernier arrivé sur le marché, Aviva.

Voir par ailleurs le comparatif d’assurances-vie en ligne

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Février 2017