Banques à distance : faut-il encore regarder son relevé de compte ?

Relevés de compte des banques en ligne
© VM - cBanque 2016

Le relevé de compte est-il toujours pertinent dans un univers bancaire de plus en plus numérique ? Oui, il reste indispensable pour son statut de preuve légale et de support d’informations. Toutes les enseignes, pour autant, lui apportent-elles le soin nécessaire ? Nous avons testé les principales marques de banque en ligne.

Qu’il soit en format papier ou numérique, le relevé de compte reste la preuve légale des mouvements enregistrés sur votre compte. C’est ainsi en s’appuyant sur le relevé de comptes que vous pourrez prouver à un tiers qu’un paiement a été effectué. C’est aussi sur la base du relevé que vous pourrez contester une opération ou signaler une fraude à votre banque. C’est pourquoi toutes les banques, même digitales, se doivent de mettre à votre disposition un relevé de compte, gratuitement et au moins une fois par mois.

Le relevé de compte est aussi un excellent support d’informations. Loin de n’être qu’une simple liste de crédits et débits, il s’est enrichi au fil des années de nouvelles rubriques. Vous y trouverez ainsi les coordonnées de votre banque et celles du médiateur à contacter en cas de désaccord persistant avec la banque.

Et le relevé a aussi pris au fil des années une place centrale dans l’effort de transparence, fortement encouragé par les pouvoirs publics, sur les frais bancaires. Le récapitulatif annuel des frais, obligatoire, accompagne le plus souvent le relevé de compte du mois de janvier. Le syndicat représentatif du patronat bancaire, la Fédération bancaire française, a demandé à la profession de signaler les facturations de frais dans la liste des opérations, et plus récemment d'inclure un récapitulatif mensuel sur le relevé de compte. Enfin, c’est aussi via le relevé que les banques sont désormais tenues de vous informer, au moins 14 jours avant de vous prélever certains frais.

Lire aussi : Frais bancaires : les 14 opérations qui obligent votre banque à vous informer à l'avance

Un accès assez simple

Sans surprise - elles n’ont pas le choix - les banques en ligne permettent toutes à leurs clients d’afficher, dans un format imprimable, des relevés de compte. L’accès y est généralement assez simple : 2 clics depuis la page d’accueil de Monabanq, 4 au maximum chez Boursorama Banque.

Comme elle le fait pour l’accès au RIB, Fortuneo se distingue en surprotégeant la consultation de ses relevés de compte. Même identifié en bonne et due forme dans l’espace client, il faut renseigner un code à usage unique reçu par SMS. Certes, le relevé est un document unique et personnel, mais cette authentification nous a semblé compliquer inutilement l’accès à un document qui ne permet pas, à lui seul en tout cas, d’orchestrer une fraude sur le compte bancaire. Avantage ici à Monabanq.

Des délais de disponibilité contrastés

On l’a vu, les banques ont l’obligation de fournir au moins une fois par mois un relevé. Rien ne les oblige pour autant à faire coïncider son édition avec le mois civil. Ainsi, parmi les banques en ligne testées, une, Hello bank, fixe la date d’arrêté au 15 de chaque mois, plutôt qu’au 30 ou au 31. Dans ce test, nous avons fait le choix de valoriser les enseignes qui calaient leurs arrêtés sur la fin du mois civil. C’est le cas, en l’occurence, de Fortuneo, de Monabanq et de BforBank.

Nous avons également testé le délai de disponibilité du relevé. Dans ce domaine, Monabanq a été la plus rapide : deux jours seulement se sont écoulés entre l’arrêté et l’édition du relevé. Elle devance Fortuneo et Boursorama, qui ont mis un jour de plus. A l’inverse, ING Direct s’est distinguée par sa lenteur : 15 jours. Un autre bon point pour Monabanq.

A noter que toutes les enseignes proposent, par défaut ou non, des notifications par mail ou SMS à l’arrivée du nouveau relevé.

Fortuneo pédagogue sur le découvert

Parmi les informations intéressantes pouvant apparaître sur le relevé de compte, il y a le découvert autorisé. Dans le domaine, les banques ont une obligation réglementaire : en cas de découvert, elles doivent afficher le taux annuel effectif global (TAEG) appliqué. N’ayant pas placé nos comptes-test dans le rouge, nous n’avons pas pu vérifier si cette obligation était respectée.

Nous avons par contre valorisé les enseignes qui affichaient par défaut le montant du découvert autorisé et le taux nominal qui lui est appliqué. Seule Monabanq ne le fait pas. ING Direct, de son côté, affiche le montant mais pas le taux. C’est pire chez Boursorama : sur un relevé sans découvert facturé, l’enseigne affiche un TAEG à « 0,000% », ce qui pourrait laisser croire, à tort, à l'usager qu'il dispose d'un crédit gratuit.

Les trois autres enseignes fournissent bien les deux informations. Mention spéciale toutefois à Hello bank, pour sa précision sur le taux appliqué, et surtout à Fortuneo, qui fait preuve de pédagogie en encourageant ses clients à paramétrer des alertes SMS pour « un meilleur suivi [du] compte ».

Une lisibilité contrastée

Toutes les banques en ligne n’apportent pas le même soin à l’édition de leurs relevés de compte. Le service est minimal chez Boursorama, avec une pénurie d’informations et une lisibilité très moyenne. ING Direct fait un peu mieux, en incluant notamment un RIB dans son relevé, ce qui peut s’avérer pratique. Mais elle est pénalisée par un choix qu’elle est la seule à faire : elle classe en effet les opérations, non pas dans l’ordre chronologique, mais par type d’opérations (virements, prélèvements, paiements par carte, etc.). Difficile, du coup, de retrouver la trace d’un découvert, par exemple.

Chez Hello bank comme chez Boursorama, on ne s’est pas foulé pour concevoir le relevé : le document est plutôt terne et peu lisible. Mais la filiale de BNP Paribas est par contre exhaustive et précise sur les informations apportées : recours au médiateur, garantie des dépôts, taux du découvert, etc. Monabanq, de son côté, ajoute un peu de couleur, ce qui améliore l’agrément de lecture.

Deux enseignes, enfin, réussissent à allier exhaustivité de l’information et lisibilité : BforBank et surtout Fortuneo. Le relevé de cette dernière est un modèle du genre, complet, élégant et facile à lire.

Bilan : un quasi sans faute pour Fortuneo

Au final, une seule enseigne a réussi à combler toutes nos attentes : Fortuneo. Tout juste peut-on lui reprocher de compliquer l'accès au relevé en le sur-sécurisant. BforBank est proche, mais pénalisée par un délai de disponibilité un peu long. Monabanq arrive en 3e position, malgré ses lacunes sur le découvert. Derrière, Hello bank, Boursorama et surtout ING Direct déçoivent.

RangBanque
1Fortuneo
2BforBank
3Monabanq
4Hello bank
5Boursorama Banque
6ING Direct
Partager cet article :

© cbanque.com / VM avec Frédéric VERGNE / Septembre 2016

Commentaires

Publié le 23 septembre 2016 à 08h59 - #2bernardw
  • Homme
  • Budapest
  • 66 ans

Oui il faut examiner avec attention les relevés de compte. Cet été Boursorama m'a débité deux fois un paiement par carte bancaire visa à prélèvement différé : sur le compte carte bancaire, ce qui est normal, mais aussi sur le compte courant. Ma première protestation par mél n'a donné lieu qu'à une réponse hors-sujet mais langue de bois avec deux fautes d'orthographe. Ce n'est qu'en insistant que j'ai vu disparaître le débit sur le compte courant, sans aucune excuse de Boursorama mais avec une nouvelle réponse hors-sujet ne comportant qu' une seule faute d'orthographe.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 8 octobre 2016 à 19h42 - #3JeanSch
  • Homme
  • Montpellier
  • 72 ans

Chez ING, il faut téléphoner chaque mois pour obtenir une version papier du relevé mensuel, dont la fourniture et la gratuité est requise par la réglementation bancaire pour les comptes courants. Il suffirait pourtant d'enregistrer, une fois pour toute, le souhait du client souhaitant recevoir chaque mois ce relevé papier.
De plus, pour obtenir chaque mois ce relevé papier, l'opérateur(trice) demande de taper en clair, sur son téléphone, pourtant non protégé et non crypté, le numéro de code d'accès au compte, ce qui est peu sécuritaire, pour ne pas dire dangereux.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 13 octobre 2016 à 09h21 - #4Albpom
  • Homme
  • Limoges
  • 66 ans

Je suis chez ING et je n'ai pas de problème avec les relevés de compte.
Je gère mes comptes comme tout le monde devrait le faire c'est à dire en "suivi régulier".
Tous les jours je consulte le site et effectue un rapprochement avec mon livre de comptes.
Lorsque les relevés sont disponibles, je les télécharge sans les imprimer (stop au gaspillage papier).
En conclusion, je ne vois pas ou est le problème si ceux-ci sont disponibles 2 jours ou 15 jours après la fin du mois.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?