Fortuneo se veut le « leader de l'assurance-vie en ligne »

  • Par
  • ,
Grégory Guermonprez, de Fortuneo
Grégory Guermonprez - © Mat Beaudet

Nouveau logo, lancement imminent du prêt immobilier, rachat de Keytrade Bank en Belgique et « très forte croissance » revendiquée sur l’assurance-vie : Fortuneo veut passer la seconde pour rattraper les actuels leaders de la banque en ligne, ING Direct et Boursorama. Le point avec Grégory Guermonprez, directeur de Fortuneo France.

Pourquoi cette évolution du logo était-elle nécessaire ?

Grégory Guermonprez : « Plus que le logo, c’est toute l’identité visuelle qui a évoluée : notre site et les applications natives, en particulier, se sont modernisés. Nos clients utilisent désormais plus leur mobile que leur PC. Plus épurée, cette identité visuelle facilite la navigation sur mobile. De plus, les fondamentaux du logo sont conservés : le personnage qui place l’humain au cœur de nos préoccupations et la couleur verte, caractéristique identitaire de notre marque. »

Prévoyez-vous aussi de faire évoluer votre espace client ?

G.G. : « Nous travaillons en agilité et nous faisons donc évoluer le site et les applications mobiles de manière continue. »

L’ancien personnage du logo, en costume-cravate, était-il trop associé au passé de courtier de la marque ?

G.G. : « Le logo avait déjà évolué en 2009 au lancement de la banque en ligne. Depuis, Fortuneo s’est fortement diversifiée et la relation bancaire est devenue mobile avant tout. Notre identité visuelle reflète ces changements. »

Espérez-vous que ce changement d’image attire de nouveaux clients ? Vous en revendiquez 365.000 clients fin 2015 en France et en Belgique…

G.G. : « Nous sommes à 600.000 clients actifs en France, Belgique, Suisse et Luxembourg (1). Et pour les prochaines années, nous ambitionnons chaque année une croissance à deux chiffres. »

Lire aussi : Le top clients 2016 des banques en ligne

En début d’année, vous revendiquiez 40% de clients compte courant ayant fait de Fortuneo leur banque principale…

G.G. : « Oui. Il y a clairement un changement sur ce point. Aujourd’hui, la majorité des nouveaux clients font de Fortuneo leur banque principale. Ils étaient seulement 10% il y a 4 à 5 ans. »

Comment expliquez-vous ce changement ?

« L’effet frais de tenue de compte s’est très clairement ressenti en 2016 »

G.G. : « C’est une évolution naturelle. Premièrement parce que la confiance s’installe vis-à-vis de la banque en ligne et en particulier vis-à-vis de Fortuneo. Les clients sont satisfaits de nos services à plus de 92% (2). Deuxièmement, grâce à la tarification : l’écart se creuse de plus en plus avec les banques traditionnelles qui augmentent fortement leurs tarifs et généralisent les frais de tenue de compte. Cela a été très fortement médiatisé fin 2015. L’effet ''frais de tenue de compte'' s’est très clairement ressenti dans notre flux de nouveaux clients en 2016. »

Pour inciter ses clients à en faire leur banque principale, ING Direct a introduit des frais en cas d’utilisation restreinte du compte. Une possibilité pour Fortuneo ?

G.G. : « Ce n’est pas à l’ordre du jour. »

Le lancement du crédit immobilier est imminent chez Fortuneo. A quelle date ?

G.G. : « Courant 2016, donc d’ici la fin de l’année. »

Lire à ce propos : Le crédit immobilier sur la rampe de lancement chez Fortuneo

Est-ce important dans votre optique de « banque principale » ?

G.G. : « La domiciliation des revenus, aujourd’hui, se fait naturellement. Oui, le crédit immobilier complètera notre offre et encore plus de clients devraient nous choisir comme banque principale. »

BforBank et Monabanq prévoient eux aussi de lancer une offre de prêt immobilier. Y a-t-il une course au plus rapide ?

G.G. : « Non, très sincèrement. Pour les particuliers, le crédit immobilier est un produit engageant et sur une longue période, 10, 15 ou 20 ans. Le fait de lancer cette offre avant ou après certains établissements a donc peu d’importance. Fortuneo s’inscrit dans la durée. Et si plusieurs banques en ligne souhaitent se lancer, cela prouve que le marché du crédit immobilier en ligne est devenu mature. »

Dans vos communications, vous vous présentez en « banque la moins chère », pour le compte courant. Boursorama aussi.

« Nous n’augmenterons pas les tarifs au 1er janvier 2017 ! »

G.G. : « Dans la majorité des classements ou comparateurs, Fortuneo est effectivement classée banque la moins chère de France. D’autres acteurs sont relativement proches. Une chose est sûre : contrairement à certains établissements, nous n’augmenterons pas les tarifs au 1er janvier 2017 ! »

Pourquoi axer vos spots TV sur le « 360 euros d’économie par an » ? Ce n’est pas vrai pour tout le monde.

G.G. : « Aujourd’hui le consommateur souhaite la transparence et comparer ses frais bancaires comme il le fait très bien, par exemple, avec la téléphonie. Nous sommes la seule banque à proposer un comparateur de tarifs. L’internaute peut en quelques clics visualiser les économies qu’il va réaliser, par rapport à sa banque d’origine, en rejoignant Fortuneo. »

Vous avez affirmé que 65% de vos clients n’ont payé aucuns frais en 2015. Quel type de frais concernent les 35% restants ?

G.G. : « Nos clients font peu de découvert. Il s’agit surtout de frais sur des opérations à l’étranger. Et même sur ce point, nos tarifs sont nettement moins élevés que ceux des autres banques. »

Aujourd’hui, vous modernisez votre image. Votre clientèle a-t-elle évoluée depuis 2009 ?

« Sur l’épargne, les clients nous rejoignent pour le PEA et, surtout, pour l’assurance-vie »

G.G. : « Nous avons deux types de clientèle : l’une centrée sur les produits d’épargne, l’autre sur la banque au quotidien. Sur l’épargne, les clients nous rejoignent pour le PEA (Plan d’épargne en actions) et, surtout, pour l’assurance-vie, deux produits de défiscalisation. Sur ces produits, nous avons principalement des clients de 40 ans et plus, majoritairement masculin, surtout sur la bourse. Sur la banque au quotidien, les clients sont plus jeunes, autour de 25-40 ans, et nous avons autant de femmes que d’hommes. »

L’assurance-vie est-elle le pilier de votre offre ?

G.G. : « Avec 1.600 milliards d’euros, l’assurance-vie est le premier placement financier des Français et plus d’un ménage sur trois en possèdent une. C’est donc un pilier de l’épargne des Français. Pionner et leader sur le marché de l’assurance-vie en ligne, notre contrat Fortuneo Vie [ex-Symphonis Vie, NDLR] fête ses 15 ans et affiche effectivement une très forte croissance. »

Sur l’assurance-vie en ligne, les plus gros contrats sont effectivement Fortuneo Vie, Boursorama Vie et ING Direct Vie. Mais les assureurs ne livrent par les chiffres…

G.G. : « Fortuneo Vie est numéro 1 en encours (3). Le succès de ce contrat repose sur trois éléments clés : la performance et la régularité des deux fonds en euros, la qualité des supports d’investissement. A ce titre, nous travaillons avec plus de 60 sociétés de gestion prestigieuses. Et enfin des frais réduits au maximum. Par exemple, nos clients ne paient aucuns frais d’entrée ou de versement. »

Fortuneo était pour la première fois sponsor phare d’une équipe cycliste sur le Tour de France 2016. Pour quelles retombées ?

G.G. : « Ce partenariat permet de créer un lien de proximité et des valeurs comme l’esprit d’équipe et la générosité. »

(1) Cette progression est notamment la conséquence du rachat de la banque en ligne belge Keytrade Bank en juin dernier.

(2) Selon le « baromètre Fortuneo mené par CSA », de mars 2016.

(3) Fortuneo n’a toutefois pas souhaité nous préciser l’encours de son contrat.

Partager cet article :

© cbanque.com / Propos recueillis par BL / Septembre 2016