Epargne : des cours en ligne pour apprendre à placer son argent

  • Par
Un homme regardant son compte en ligne
© Bartlomiej Szewczyk - Fotolia.com

Vous souhaitez perfectionner vos connaissances financières pour épargner plus efficacement ? Plusieurs acteurs du secteur proposent des MOOCs, ou cours en ligne gratuits, pour apprendre à épargner ou investir.

A l’origine, les MOOCs, pour massive online open courses, autrement dit cours en ligne ouvert à tous, étaient proposés par des universités américaines pour rendre certains enseignements accessibles à tous. En France, dans l’univers financier, le procédé a surtout séduit des enseignes commerciales, le MOOC permettant de fidéliser des clients, de mettre en avant quelques produits, et surtout de soigner l’image de la marque. En début d’année, BNP Paribas, Bourse Direct et Euronext se sont ainsi associés pour proposer des cours sur les produits boursiers, les vidéos étant encore en accès libre.

Le phénomène fait des émules en cette rentrée scolaire : trois cours, dont l’un proposé par une école de management, ont pour objectif d’améliorer les connaissances des épargnants.

GMF : un MOOC placements pour les apprendre les bases

GMF a tenté l’expérience MOOC dès 2015 avec une formation sur le premier projet immobilier. En mai dernier, l'assureur a mis en ligne une seconde formation, sur le thème « dynamiser son épargne et ses placements », qui a réuni un millier d'inscrits. C’est cette même formation qui vient de s’ouvrir à nouveau aux inscriptions en ce début de mois. Comme au printemps dernier, le MOOC se compose de trois séquences, avec trois vidéos de 5 minutes chacune, et des échanges avec des conseillers financiers via un forum dédié. Le fil rouge de ce cours, accessible sur jassure-en-mooc.fr et ouvert jusqu'au 31 décembre, se veut en accord avec le métier de GMF : l’assurance-vie, avec un focus sur l'investissement en unités de compte.

Lire à ce propos : GMF veut vous apprendre à gérer votre assurance-vie

Linxea : l’Academy assurance-vie pour se perfectionner

Si la formation de GMF est clairement pensée pour le grand public, celle du courtier en ligne Linxea se veut légèrement plus pointue. Il s’agit là encore d’un MOOC mais, pour sa « Linxea Academy », le courtier s’est inspiré de sites pédagogiques plus complets, comme Khan Academy, avec des modules à valider (20 minutes estimées pour la plupart), plusieurs niveaux (« base, avance, coach ») pour certains sujets, etc. Linxea appuie par ailleurs sur l’aspect communautaire avec un classement général et des « battles » pour défier d’autres participants. Le fil rouge est là encore, sans surprise pour ce courtier d’épargne en ligne, l’assurance-vie, sa fiscalité et ses différents supports d’investissement.

Dans son communiqué, Linxea promet toutefois « de nouvelles disciplines » dans « les prochains mois » : l’immobilier, le private equity et les produits structurés. La plateforme linxea-academy.com est déjà ouverte aux inscriptions mais le lancement effectif est prévu pour le lundi 12 septembre.

Le MOOC d’une école de management pour les assidus

La démarche est plus inhabituelle : ce n’est pas une société commercialisant des produits mais une école, en l’occurrence Grenoble Ecole de Management (GEM), qui propose le MOOC « Epargner et investir ». Ouvert à tous du 7 novembre au 12 décembre prochains sur un site spécialisé, ce cours déjà proposé en mai dernier réclame une certaine assiduité : « 3 heures de travail par semaine environ », pendant 5 semaines, prévient GEM dans un communiqué.

La promesse de Philippe Dupuy, professeur de finance à GEM : « Analyser les offres des intermédiaires financiers comme les banques, acquérir les compétences pour suivre ses placements (rendement et risque), mieux connaitre l’arsenal juridique qui protège le consommateur (droits et recours possibles en cas d’arnaque) et obtenir une meilleure une vision d’ensemble des marchés financiers ». Le contenu pédagogique (vidéos, articles, jeux, etc.) ne se focalise donc cette fois pas sur un seul produit d’épargne. GEM promet par ailleurs un « certificat de réussite ou attestation de suivi », qui n’a évidemment aucune valeur de diplôme.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Septembre 2016