Prêt immobilier : faut-il passer par une banque en ligne ?

  • Par
  • ,
Un couple remplissant un formulaire sur ordinateur
© goodluz - Fotolia.com

La semaine passée, ING Direct a lancé son offre de crédit immobilier, pour l’heure réservée à ses seuls clients et destinée selon nos informations à être ouverte au grand public dans les semaines à venir. En attendant l’arrivée annoncée de BforBank sur ce marché en 2016, deux banques en ligne proposent donc une offre de prêt à l’habitat 100% web (1). Est-ce rapide ? Utile ? Compétitif ? Bref, est-ce que cela vaut le coup de prendre le temps de faire une demande de financement en ligne ? La rédaction de cBanque a testé pour vous.

Effectuer une demande de financement auprès des banques, une démarche longue et fastidieuse : un premier rendez-vous pour définir l’enveloppe budgétaire, en amont du projet immobilier, puis de multiples rendez-vous, dans différentes banques, pour obtenir des offres de prêt. Pour chaque rendez-vous, comptez environ une heure ! Passer par un courtier permet d’éviter de multiplier les contacts mais il faut là encore prévoir un rendez-vous de plus d’une heure.

L’alternative ? Plusieurs banques traditionnelles proposent des simulations en ligne, mais pas des demandes de financement complètes. Or c’est ce que proposent Boursorama Banque et ING Direct. Comptez tout de même une demi-heure devant l'ordinateur, en ayant les éléments à portée de main, pour chaque dossier.

Nous avons testé leurs offres en déposant une demande de financement dans ces deux banques en ligne. Pour cela, nous nous mettons dans la peau d’un couple de trentenaires gagnant chacun 1.800 euros net par mois et souhaitant acheter dans l’ancien une maison de 200.000 euros, avec 25.000 euros d’apport.

Enveloppe et simulation

Dans les deux cas, avant d’attaquer la demande de financement, une simulation est proposée afin d’avoir une première estimation de taux et de mensualités selon le nombre d’années du crédit, ce qui permet aussi de jauger de la meilleure durée d’emprunt.

Première différence entre les deux : là où Boursorama offre un simulateur de crédit assez basique, ING Direct propose en outre de définir l’enveloppe budgétaire sur la base du loyer ou des revenus. Autre différence : un simulateur plus interactif pour ING Direct, plus accessible pour des néophytes.

La communication est également différente entre les deux établissements : mise en avant de frais de dossier « offerts » et de l'absence de frais de remboursement anticipé chez Boursorama ; modulation du montant des échéances dans la limite de 10% chez ING Direct.

Apport personnel : un frein chez ING

Si l’interface de la banque orange s’adresse visiblement au plus grand nombre, c’est sa concurrente qui se montre plus accessible en termes d’apport. Boursorama l’évoque dans son argumentaire commercial : « pas d’apport personnel minimum pour les prêts d'une durée inférieure ou égale à 20 ans ».

ING Direct réclame pour sa part un apport de 10% de la valeur du bien immobilier auquel il faut ajouter les différents frais (d’agence, de notaire, de dossier et de garantie), ce qui correspond au final à près de 20% du montant de l’opération. Si la banque orange fait bien apparaître ces informations dès le départ, la simulation calcule par défaut un apport de 10%, soit 20.000 euros pour un projet de 200.000. Or un apport de 35.000 euros sera réclamé plus tard dans la procédure, une fois les frais ajoutés.

Quels types de projets peuvent être financés ?

Pour l’heure, ING Direct se concentre sur les achats immobiliers classiques, c’est-à-dire les maisons et appartements disponibles immédiatement, dans le neuf ou dans l’ancien, en résidence principale ou secondaire.

Boursorama ajoute à cela le rachat de prêt (promis « bientôt » chez ING), la résidence principale avec relais et l’investissement locatif Pinel ou à usage d’habitation. Comme son concurrent, Boursorama ne prête pas pour la construction de maisons individuelles mais finance en revanche la VEFA, c’est-à-dire des appartements ou maisons vendus sur plan dans le cadre d’un programme proposé par un promoteur. A noter : la filiale de la Société Générale permet d'intégrer certains prêts complémentaires (patronal, prêt PEL, etc.).

Chez ING Direct, le montant minimal de l’emprunt est de 80.000 euros, contre 100.000 chez Boursorama.

Des interfaces facilitant la procédure ?

Plusieurs étapes de saisie sont annoncées, cinq chez Boursorama, sept chez ING. La banque orange ajoute un ingrédient didactique pour ne pas décourager les internautes : un curseur indique le pourcentage du formulaire « déjà rempli ». Les informations réclamées sont relativement les mêmes dans les deux cas, même si l’ordre peut différer : détail du projet immobilier, informations personnelles et professionnelles des deux emprunteurs, les revenus, les charges, le patrimoine, etc.

Etre déjà client de ces banques en ligne permet de gagner quelques minutes : la partie « emprunteur » est pré-remplie pour les informations de base, la partie « co-emprunteur » pouvant elle aussi l’être si le conjoint est déjà connu par la banque.

Assurance emprunteur : le choix des options ?

Par défaut, les deux banques en ligne nous proposent « la totale » en termes de garanties assurance emprunteur : décès, PTIA (perte d’autonomie), ITT (incapacité de travail), et perte d’emploi. Avec une différence toutefois : Boursorama va jusqu’à assurer chaque emprunteur à 100%, par défaut, alors qu’ING propose la solution plus économe du 50% chacun. Dans les deux cas, il est possible d’enlever la garantie perte d’emploi et de moduler le taux de protection, le coût par mois étant alors calculé en direct.

Propositions et offres de prêt

Le prêt proposé est détaillé juste avant de finaliser la demande de financement. Petit « plus » de Boursorama à cette étape : une proposition qui correspond à notre demande, comme ING, ainsi que, dans notre cas, une proposition alternative calculée sur une durée de rembousement plus courte mais qui dépasse la mensualité que nous souhaitions. La banque nous laisse évidemment le choix entre les deux propositions.

La procédure en ligne finalisée, le couple dispose dans les deux cas d’une demande de financement sous format pdf sans prendre rendez-vous. Il faudra ensuite renvoyer ce document, accompagné des pièces justificatives, dans un délai de 30 jours chez ING Direct ou de 10 jours chez Boursorama. A réception, et après étude du dossier, la banque emettra l’offre de prêt correspondante.

Bilan : des taux compétitifs mais quelques bémols

Côté taux, pour deux dossiers équivalents, le résultat est quasi identique avec un taux effectif global (TEG) de 2,32% chez ING Direct et de 2,36% chez Boursorama. Mais la comparaison n’est pas totalement équitable, le montant de l’apport étant différent.

Avec ces propositions de financement, le futur emprunteur a les cartes en main : il peut s’en contenter ou il peut s’en servir de base de discussion pour faire jouer la concurrence.

Restent plusieurs bémols. Si la procédure est facilitée au maximum, en particulier chez ING Direct avec une interface plus didactique, la démarche s'avère fastidieuse. Et l’internaute reste à la merci d’un dysfonctionnement informatique (une case impossible à remplir pour notre part) : en cas de problème, il faut à nouveau remplir tout ou partie du formulaire. Il doit aussi s’attendre à être relancé, Boursorama proposant son assistance par courrier électronique et ING Direct optant dans notre cas pour un contact téléphonique.

Pas de domiciliation de revenus exigée

Ni l’une ni l’autre de ces deux banques en ligne ne réclament de domiciliation de revenus. La filiale française d’ING permet de régler les mensualités depuis un compte dans une autre banque. Le financement avec Boursorama nécessite la détention d’un compte courant sans frais pour cet usage.

(1) Hello bank, marque de BNP Paribas, propose aussi du prêt immobilier. Testée, cette offre ne permet toutefois pas de réaliser une demande de crédit 100% en ligne : il s’agit d’une simulation avec prise de rendez-vous téléphonique. L’e-mail de confirmation est en outre envoyée depuis une adresse BNP Paribas et non Hello bank.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL-FV-MdB / Avril 2015