La banque du groupe Peugeot-Citroën lancera un livret d'épargne en 2013

  • Par cBanque
  • 1 commentaire
Banque PSA Finance
DR

En pleine tourmente, Banque PSA Finance, filiale du constructeur automobile Peugeot-Citroën, a annoncé le lancement courant 2013 d’un livret d’épargne à destination des particuliers. Elle suit ainsi la voie tracée par RCI Banque, son homologue du groupe Renault.

C’est Jean-Baptiste de Chatillon, le directeur financier de PSA, qui a confirmé l’information hier mercredi : Banque PSA Finance (BPF) lancera courant 2013 un livret d’épargne grand public. L’annonce a été faite alors que la filiale de Peugeot-Citroën, spécialisée dans le financement des clients et des concessionnaires de la marque, traverse une période de fortes turbulences.

Comme d’autres établissements de crédits spécialisés, BPF subit actuellement une envolée de ses taux d’emprunts sur les marchés, sa principale source de refinancement, liée aux difficultés de sa maison-mère et à l’abaissement de sa note par les agences de notation. A tel point que le gouvernement et les banques créancières de BPF ont dû mettre en place un plan de soutien, qui permettra notamment à la filiale de PSA de bénéficier d’une garantie de l’Etat sur ses émissions obligataires, à hauteur de 7 milliards d’euros sur trois ans.

Une collecte espérée de 400 à 600 millions d’euros

Le lancement de ce livret d’épargne, dont les caractéristiques ne sont pas encore connues, permettra à BPF de disposer d’une nouvelle source de liquidités, moins soumises aux aléas, en collectant directement les dépôts des particuliers. Une stratégie adoptée de longue date par les filiales de crédits des constructeurs automobiles allemands et importée en France, en début d’année 2012, par RCI Banque, la banque du groupe Renault.

Cette dernière a lancé en février son Livret Zesto, avec un certain succès : elle a annoncé avoir collecté 500 millions d’euros à fin juillet 2012, et espère atteindre les 750 millions d’euros en fin d’année. Jean-Baptiste de Chatillon, de son côté, a fixé un objectif de collecte « entre 400 et 600 millions d’euros d’ici la fin de l’année (2013) ou au début de 2014. »

Partager cet article :

© cbanque.com / VM avec AFP / Octobre 2012

Commentaires

Publié le 28 octobre 2012 à 09h27 - #1xDamx

Le problème majeur pour PSA, contrairement à Renault qui se porte moins mal, c'est que les salariés qui risquent de perdre leur travail ne prendront probablement pas le risque de perdre aussi leurs économies. Il faudrait clairement que ce soit un placement garanti pour les salariés, avant même les actionnaires ou les banques.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?