Fichier positif des crédits : une association, une banque et des députés le réclament

  • cBanque avec AFP
Foule de grand magasin
© sculpies - Fotolia.com

L'association Cresus, la banque Accord (groupe Auchan) et plusieurs députés réclament de nouveau la création d'un fichier national des crédits, pour prévenir le surendettement, alors que l'examen du projet de loi réformant le crédit à la consommation débute mercredi.

Le fichier national des crédits, aussi appelé fichier positif ou préventif, recenserait l'ensemble des emprunts contractés par les Français.

Seul existe aujourd'hui le fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP), où figurent les particuliers n'ayant pas honoré leurs échéances de crédit.

La question du fichier positif divise depuis plusieurs années au sein des associations de consommateurs, des établissements de crédit et de la classe politique.

En l'état, le projet de loi examiné par l'Assemblée nationale à partir de mercredi prévoit que "l'opportunité de la création d'un registre national des crédits aux particuliers" fera l'objet d'un rapport remis dans les 18 mois suivant la promulgation de la loi.

Jean-Louis Kiehl, à la tête des associations Cresus, spécialisées dans l'aide aux particuliers surendettés, a lancé mardi "un cri d'alarme" en faveur de la création du fichier, assurant que "si on ne fait rien, on assistera à un véritable carnage".

Pour lui, 600.000 à 1.000.000 de personnes "risquent de sombrer dans le surendettement dans les mois qui viennent, du fait d'un contexte économique et social inquiétant".

A fin décembre 2009, 751.289 ménages étaient en "situation de désendettement", selon la Banque de France.

Dans une lettre ouverte publiée mardi, le directeur général de Banque Accord (groupe Auchan), Jean-Pierre Viboud, a estimé qu'"un tel fichier serait un moyen efficace de prévention du surendettement", car il offrirait aux établissements de crédit "une information fiable et complète sur l'état d'endettement du demandeur de crédit".

Plusieurs amendements ont été déposés en ce sens, notamment par la députée UMP Cécile Gallez.

Début décembre, la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale avait rejeté un amendement similaire du député UMP Eric Diard et un autre légèrement différent déposé par le PS.

Partager cet article :

Reproduction interdite.